Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Les accidents d’avion, s'ils restent exceptionnels, font régulièrement la une des journaux. Quelles sont les raisons à l'origine des crashes ?

Image contenu


Les raisons possibles à l'origine des crashes d'avion

Parmi les causes les plus fréquentes, les erreurs de pilotage en représentent près de la moitié. S’y ajoutent les pannes ou le mauvais fonctionnement des systèmes de vol. Cela peut également venir de problèmes de météo comme le brouillard, la foudre ou encore le givre qui, en s’accumulant sur les ailes de l’avion, provoque ce qu’on appelle son décrochage : l’avion n’est plus porté par l’air et tombe.

Un avion peut également subir une dépressurisation. La pression de l’air, c’est-à-dire sa force, n’est pas la même en altitude que celle à laquelle nous sommes habitués sur Terre. Dans un  avion, il faut donc maintenir artificiellement cette pression. Mais s’il y a une fuite lente de pression, l’oxygène, ce gaz qui nous est indispensable, vient à manquer. Heureusement, le système de sécurité de l’avion fait automatiquement tomber les masques à oxygène dans lesquels l’équipage et les passagers doivent alors respirer. Autre possibilité, la dépressurisation ou décompression explosive. Celle-ci se produit si un élément de la structure de l’avion, comme une porte, est arraché. Outre le manque d’oxygène, tout ce qui n’est pas attaché dans l’avion est alors propulsé vers l’extérieur. 

La sécurité aérienne

Le premier crash d’avion motorisé a eu lieu en 1909 en France. Plus récemment, on peut signaler en juillet 2014, le crash du Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine ou, en mars 2019, celui d'Ethiopan Airlines, juste après son décollage à Addis-Abeba. Malgré ces accidents, la sécurité aérienne ne cesse de s’améliorer grâce aux nombreux contrôles et à des instruments de navigation de plus en plus perfectionnés. Comparé à la voiture ou au train, l’avion reste le moyen de transport le plus sûr.  

 

Publié le 30/03/15

Modifié le 18/04/19

Retrouve ce contenu dans :