Le Père Noël ne comble pas tout le monde. Tous les ans, il y a ceux qui sont déçus de leurs cadeaux. Qu’ils soient en double, considérés comme inutiles ou qu’ils ne plaisent pas, il existe aujourd’hui des possibilités de se séparer de ces jeux et de ces jouets « encombrants ». La revente, une pratique qui se développe, et qui fait aussi le bonheur de certains.

À 10 ans, Maxime se souvient avoir reçu une fois un cadeau qu’il n’aimait pas : « c’était une peluche, et je l’ai donnée à mon frère. si un copain m’offre un jeu qui ne me plaît pas, je lui demande s’il a encore le ticket de caisse pour l’échanger. mais si c’est un cadeau de ma mamie, je n’oserais pas lui dire que je n’aime pas ce qu’elle m’a offert… » que faire du jouet encombrant ? certains ont trouvé la solution : le revendre sur internet et acheter un autre objet avec l’argent reçu. un geste pas toujours bien perçu, mais qui semble trouver des adeptes. ainsi, selon une étude, publiée lundi 9 décembre 2013 par la poste/tns sofres, près d'un français sur deux (47 %) déclare qu’il offrira cette année des cadeaux d'occasion à Noël. Parmi eux, 28 % disent « ne pas en être gênés. »

Un cadeau contre un autre

Pour les « ennemis » de la revente, des sites proposent de troquer ses cadeaux en trop ou non souhaités. Il suffit de présenter l’objet dont on veut se séparer et de préciser ce que l’on aimerait en retour. Si une personne est intéressée et possède le cadeau que l’on convoite… alors on échange. « C’est une très bonne idée, explique Maxime, mais il faut réussir à trouver quelque chose contre lequel on a envie d’échanger son cadeau. Le troc, c’est ce que je ferai si je reçois un jouet qui ne me plaît pas cette année. »

Un cadeau pour un autre

Une autre idée, plus généreuse : donner son cadeau à une association ou à une œuvre humanitaire qui l’offrira à un enfant défavorisé ou malade. De cette façon, on se sépare d’un jouet, qui aurait sans doute fini dans un placard, pour combler une autre personne d’un beau cadeau tout neuf ! « On reçoit souvent plusieurs cadeaux à Noël, dit Maxime. Alors on peut bien en donner un ! »

 

Valérie Petit

Publié le 21/12/12

Modifié le 20/12/13