Depuis l’Antiquité, l’Égypte fascine. « Don du Nil » selon la formule de l’historien grec Hérodote, ce pays s’était en effet formé sur les rives du plus long fleuve du monde, bénéficiant des crues annuelles qui venaient fertiliser son sol.

Mais c’est surtout la civilisation pharaonique (de 3300 avant J.-C. jusqu’au début de l’ère chrétienne) qui sera à l’origine d’une véritable passion : les pyramides, les obélisques, les temples et leur architecture si particulière, les dieux à formes animales, les momies, les hiéroglyphes, tout cela est si profondément original et esthétique que nul n’y est insensible. D’autant que les rares voyageurs à se rendre dans le pays, surtout à partir du XVIe siècle, en rapportent des descriptions fantastiques qui frappent les esprits : pyramides très pointues, temples aplatis, animaux fantastiques contribuent à forger une vision déformée et partielle.

le caire, mosquée de hâssan

Pascal Coste, Le Caire, mosquée de Hâssan, 1822, plume, crayon et aquarelle sur papier.
Bibliothèque municipale de Marseille.

Dans le courant du XVIIIe siècle, une image plus conforme à la réalité est enfin diffusée grâce à des ouvrages comportant des illustrations plus précises. Parallèlement, la philosophie des Lumières fait de l’Égypte la mère des arts et des sciences, en même temps que l’inspiratrice des civilisations grecque et romaine. Un véritable engouement commence à poindre. Des copies et adaptations de l’art égyptien apparaissent un peu partout en Europe : petites pyramides et obélisques dans les jardins privés, meubles à têtes de pharaon, sphinx et autres lions égyptiens, constituant ce que l’on appellera l’« égyptomanie ». La ville de Rome offre quantités de modèles égyptiens transportés dans l’Antiquité et des artistes comme Piranèse commencent à s’en inspirer. La reine Marie-Antoinette, qui montre un goût marqué pour ces formes et décors, contribue à lancer la mode. Et la Révolution ne sera pas en reste : au lieu de condamner l’absolutisme des pharaons, elle va reconnaître en l’Égypte la terre de la sagesse. Un véritable « rêve oriental » est né, focalisé sur ce pays fabuleux.

En partenariat avec Institut du Monde Arabe (IMA)institut du monde arabe (ima)

L'Ima , fruit d'un partenariat entre la France et vingt-deux pays arabes, développe, en France, la connaissance et la compréhension du monde arabe, de sa langue, de sa civilisation.

Il propose un grand nombre d'activités, dont des actions éducatives, et propose un espace dédié à la présentation de l'ensemble du monde arabe.

Publié le 18/04/13

Modifié le 12/11/19

Retrouve ce contenu dans :