brouillon du grand meaulnes 2

Brouillon du Grand Meaulnes. Collection privée.
cliquer pour agrandir l'image.

Récit d’une fête miraculeuse, Le Grand Meaulnes est aussi celui d’une défaite inévitable : grandir, ce serait oublier la poésie du rêve et accepter le prosaïsme du quotidien. Comme métaphore de l’adolescence, on n’a pas fait mieux ! Mais le roman d’Alain-Fournier, bien plus complexe qu’il n’y paraît, est composé de strates, de voiles et de détails dont plusieurs lectures ne viennent jamais à bout.

C’est d’abord l’histoire d’une amitié forte et immédiate. Une fraternité de cœur entre François Seurel – le narrateur –, un garçon studieux de 15 ans qu’une coxalgie empêche de courir, et un grand jeune homme déluré, maraudeur, bagarreur et aventurier, de deux ans son aîné, Augustin Meaulnes. C’est ensuite l’aventure vécue – physiquement – par le second et partagée – verbalement – avec le premier d’une fête magique dans le parc d’un château inconnu peuplé d’enfants déguisés ; de la rencontre avec une délicieuse jeune fille, Yvonne de Galais, et de son frère Frantz, abandonné au seuil de ses noces par sa fiancée…

brouillon du grand meaulnes 1

Brouillon du Grand Meaulnes. Collection privée.
cliquer pour agrandir l'image.

De ce récit naît une quête partagée par les deux amis, vécue par le seul Meaulnes, qui part à Paris pour retrouver Yvonne mais y fait une autre rencontre, puis par François, qui retrouve sa trace. C’est, bien sûr, la chronique de multiples « premières fois » : premier amour, premier chagrin d’amour, première amitié amoureuse. C’est le conte d’un rêve éveillé, d’une aventure romanesque comme nos héros n’en ont lu jusque-là que dans les livres, et dont la réalité risquerait de tuer le souvenir : d’où la multiplication des éléments (dont certains visibles au lecteur) qui empêchent les protagonistes de retrouver ce « pays perdu ». C’est, en filigrane, l’histoire de vies vécues par procuration. Meaulnes permet à François de s’échapper, au propre comme au figuré : en l’entraînant dans ses balades au bourg, en lui racontant l’épopée qui l’a amené au domaine mystérieux, en le laissant aux côtés de sa jeune épouse Yvonne. L’aventure, en tant que telle, reste dévolue à Meaulnes. Et François, au bout du compte, est dépossédé de tout sauf du récit qu’il en fait, et donc de ce livre que le lecteur tient entre ses mains : Le Grand Meaulnes.

Crédits du bandeau : détail d'une photo de l'Abbaye de Loroy prise par la sœur d'Alain-Fournier. Cette abbaye cistercienne sise à Méry-ès-Bois, près du village natal d'Alain-Fournier, fait partie des lieux qui ont vraisemblablement inspiré le « domaine mystérieux ». Collection privée.

Retrouvez le dossier complet dans le n°4 de L’Éléphant, la revue de culture générale, octobre 2013.

En partenariat avec L'éléphantl'éléphant

l'éléphant est une nouvelle revue de culture générale qui paraît tous les trimestres. Elle traite à la fois de sujets de culture générale « classique » (sans lien avec une actualité) et de thèmes qui font écho à un événement contemporain.

Publié le 18/11/13

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :