L'Arctique est généralement considéré comme une région immaculée. Et pourtant, depuis une quinzaine d'années, les preuves s'accumulent : l'Arctique et ses habitants sont fortement menacés par la pollution.

Une île sur la côte ouest du Groënland... dès la mi-janvier, la mer alentour disparaît et fait place à un immense champ de glace s'étendant à perte de vue. C'est l'époque tant attendue où les traîneaux à chiens vont enfin reprendre leur service.

chiens-traineau

Traîneau à chiens
A.S.S. Trophäenspedition

Ce jour-là, Nukilik le pêcheur part sur son traîneau relever les pièges qu'il a disposés sur la banquise. Il s'arrête près d'un trou dans la glace. Quelques jours auparavant Nukilik, après avoir observé qu'un phoque venait respirer par ce trou, a installé un filet sous la banquise, espérant ainsi capturer l'animal. Les ancêtres de Nukilik chassaient et pêchaient de cette manière, mais Nukilik pourra-t-il le faire encore longtemps ?

Poissons et mammifères marins constituent la base de la nourriture traditionnelle des Inuits. Outre la viande, les Inuits sont friands des abats, comme le foie qu'ils mangent cru, et de la couche de gras située juste sous la peau des phoques, des baleines... Jusqu'à des temps récents, ce régime alimentaire permettait à Nukilik et à ses compatriotes inuit de rester en excellente santé. Grâce à sa forte teneur en acides gras insaturés (dont notamment les fameux oméga-3), en vitamines, fer et protéines, ce régime était l'un des meilleurs pour la santé. Mais c'était sans compter avec les rejets polluants venus de contrées situées plus au sud. Bien que vivant loin des grands centres industriels, les Inuits se trouvent maintenant fortement exposés à la pollution, notamment par la consommation de leur nourriture traditionnelle.

inuits

chasse à la cheminée de respiration. dispute autour d'une dépouille de phoque.
Gravure sur pierre.
Patrick Akovak Klengenberg (1944-1976), Musée Virtuel Canada

C'est dans les régions arctiques que l'on retrouve les quantités les plus fortes au monde de certains polluants industriels - comme certains dérivés chlorés (PCB) ou des métaux lourds (plomb, mercure) - et agricoles (pesticides). L'accumulation des polluants organiques persistants (POP) s'explique par la direction des courants marins et atmosphériques, et par les très basses températures qui favorisent la condensation des POP et ralentissent à la fois leur dégradation et leur dispersion. Via les divers maillons de la chaîne alimentaire, les polluants des eaux arctiques se retrouvent stockés dans les animaux marins et notamment dans leur couche de gras sous-cutanée, si recherchée des Inuits.

Plusieurs de ces polluants sont présents, à des doses atteignant 5 fois les valeurs maximales autorisées, dans le lait maternel ou le sang des femmes inuit, mettant en danger la santé des enfants. De fait, des études épidémiologiques montrent des altérations des défenses immunitaires et des retards de développement à un taux anormalement élevé chez les bébés et enfants de femmes contaminées par les POP.

Au vu de la toxicité des POP, les Nations Unies ont banni la production et l'utilisation de 12 d'entre eux - dont les PCB et le DDT (insecticide utilisé dans la lutte contre les moustiques transmettant diverses maladies) - dans le cadre de la Convention de Stockholm en mai 2001. Grâce à ces mesures, les quantités de DDT et de PCB dans le lait maternel ont effectivement diminué. Malheureusement de nouveaux produits toxiques apparaissent chaque année. Ainsi les produits ignifuges à base de composés fluorés ou bromés utilisés en électronique, dans les peintures et même dans les herbicides, commencent à s'accumuler dans les mammifères marins.

En attendant que les pays industrialisés prennent toute la mesure du problème posé par les POP et proposent des solutions efficaces, les Inuits se retrouvent devant un cruel dilemme : conserver leur nourriture traditionnelle devenue polluée, ou adopter une nourriture occidentale, qui augmente considérablement la fréquence des maladies cardio-vasculaires et du diabète !

Publié le 21/02/13

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :