Les freins liés à l'éducation des filles et des femmes

Dans le monde, 41 millions de filles sont exclues de l'éducation, 515 millions ne savent ni lire ni écrire et 60 pays ne seront pas en mesure d'atteindre les objectifs de parité d'ici 2015. Ces chiffres attestent de l'inégalité subie et de l'urgence de la situation. Alors pourquoi, aujourd'hui encore, des millions de femmes et de filles sont-elles exclues de l'éducation ? Les raisons de l'exclusion peuvent être éducatives, culturelles, sociales... externes et internes à l'école. Préférence aux garçons, mariage et grossesse précoces, insécurité à l'école, travaux ménagers, stéréotypes, pauvreté désignent autant de freins à l'éducation des filles, dès leur plus jeune âge.

Les problèmes que pose la scolarisation de la totalité des filles sont multiples. Il faudrait entre autres développer l'éducation de la petite enfance, en particulier dans le cas des filles, afin qu'elles soient plus nombreuses à accéder à l'enseignement primaire et à en tirer profit. Un autre levier consiste à faire en sorte que les écoles soient plus accueillantes aux filles et soient des lieux où les filles se sentent bien - des lieux sûrs, sains, positifs et stimulants. Il est également important d'éliminer les stéréotypes dans la conception des manuels et autres matériels pédagogiques, en évitant de représenter les filles et les femmes dans des rôles restreints.

 

Plus largement, pour éradiquer les freins à l'éducation des filles, il faut aussi sensibiliser davantage les mères à leurs droits, à commencer par leur propre droit à l'éducation. Permettre aux mères d'accéder à leurs droits reste en effet le moyen le plus sûr de garantir l'éducation des filles sur le long terme.

 

Publié le 15/10/12

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :