Le 12 septembre 1764, Jean-Philippe Rameau meurt à Paris. Quelques mois plus tôt, il a achevé son opéra Les Boréades, l’histoire de deux jeunes amants épris de liberté qui se heurtent à l’autorité brutale d’un despote, Borée, dieu du vent du Nord. La musique du vieux maître, pleine de fougue et d’inventions, fait souffler sur l’orchestre, les chanteurs et les danseurs autre chose qu’une bise glacée ! Cependant, l’ouvrage, mis en répétition, est abandonné sans avoir été entendu. S’ensuivra un sommeil de plus de deux cents ans. Le 21 juillet 1982, il sera enfin représenté, pour la première fois, au festival d’Aix-en-Provence.

Retrouvez le dossier complet dans le n°8 de L’Éléphant, la revue de culture générale, octobre 2014.

 

en partenariat avec l'éléphantl'éléphant

L'Éléphant est une nouvelle revue de culture générale qui paraît tous les trimestres. Elle traite à la fois de sujets de culture générale « classique » (sans lien avec une actualité) et de thèmes qui font écho à un événement contemporain.