Vidéo : 1968 : une promesse révolutionnaire

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Culture générale45:58Publié le 04/08/2021

audio - 1968 : une promesse révolutionnaire

Mai 1968, la révolte

Les années 1960, et plus précisément 1968, furent le théâtre de mouvements sociaux sans précédents. Un désir de vie meilleure, et une opposition à l’impérialisme et au capitalisme à outrance, qui a ébranlé le monde entier.

Mai 68 et les soixante-huitards

Pour les Français, l’année 1968, et surtout le mois de mai, rappelle une grève générale, ainsi que l’occupation d’universités initiée par un mouvement étudiant. Une période de forte tension entre la population et le pouvoir en place lors de grandes manifestations, dont certains participants deviendront des visages connus du monde politique français, comme Daniel Cohn-Bendit. Ce sont dix millions de personnes qui se seront engagées pour faire entendre leur voix, afin de faire tomber les frontières sociales et montrer que le monde n’appartient pas aux élites, mais au peuple.

Une lutte à l’échelle mondiale

Mais ces mouvements sociaux n’étaient pas limités à l’Hexagone. Des millions de personnes à travers le monde ont manifesté pour lutter contre une société jugée trop centrée sur le profit, trop capitaliste ou impérialiste. Certains de ces mouvements sociaux trouvent leurs sources dans les années précédentes, avec, notamment, la Conférence tricontinentale de La Havane, à Cuba, en 1966, où se sont rassemblés des révolutionnaires du monde entier, dont le futur président chilien Salvador Allende. Et ils auront des conséquences bien des années plus tard, comme avec la révolution au Nicaragua en 1979. C’est une solidarité transnationale qui se met en place durant cette décennie.

Ernesto « Che » Guevara et l’Amérique du Sud

L’Amérique latine est peut-être le continent qui a connu le plus d’agitation à cette période, avec des coups d’état et autres révolutions dans différents pays. Une figure emblématique ressort, devenu une icône de la pop-culture. Il s’agit d’Ernesto « Che » Guevara, qui aura traversé plusieurs fois le continent pour tenter d’aider à la transition vers une forme de socialisme. Et qui finira exécuté en Bolivie en 1979. Ce dernier, ainsi que d’autres visages familiers comme Fidel Castro, auront inspiré de nombreuses personnes à travers le monde, ou provoqué la haine d’autant d’autres.

Dans une période marquée par la Guerre Froide, les mouvements allaient jusqu’à la lutte armée dans quelques pays. Un usage de la violence pour faire face à des états tout aussi oppressifs et agressifs, mais en refusant les agressions sur les civils innocents. Motivé par le désir de remettre en cause le patronat et l’ordre établi au sein d’une société uniquement tournée vers le profit. Et par un rêve de vie meilleure, avec moins de pauvreté, et la légitimité de tous à prendre la parole.

 

Invitée :
Ludivine Bantigny, auteure de 1968, de grands soirs en petits matins, aux éditions du Seuil.

Témoins :
Carmen Castillo (Amérique latine et luttes armées) et Luciana Castellina (La crise du mouvement communiste).

 

 

 

Photo : © AFP / Jacques Marie

Nom de l'auteur : Valérie Nivelon / La Marche du monde

Producteur : RFI

Année de copyright : 2018

Publié le 04/08/21

Modifié le 02/08/21

Ce contenu est proposé par