Vidéo : Antoinette Fouque, débat sur la libido des femmes

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
EMC04:12Publié le 11/12/2012

Antoinette Fouque, débat sur la libido des femmes

Antoinette Fouque : Qu'est-ce-qu'une femme ?

Antoinette Fouque, militante engagée pour l'émancipation des femmes et une des fondatrices du MLF (Mouvement de libération des femmes), évoque dans cet extrait les théories du psychanalyste Lacan sur la libido. Pour Lacan, il n'y avait qu'une libido, celle des hommes. Mais Antoinette Fouque souhaite également mettre en avant la libido des femmes.

La libido creandi des femmes

Antoinette Fouque s’est grandement intéressée aux théories du psychanalyste et psychiatre français Jacques Lacan, qu’elle a rencontrée lors de séminaires animés par ce dernier. Elle s’est toutefois opposée à lui sur le sujet de la libido. En effet, celui-ci affirmait qu’il n’existait qu’une seule libido, celle des hommes, et déclarait notamment « qu’il n’est de jouissance que du phallus ». Une vision misogyne et contraire à celle de la militante féministe, co-fondatrice du Mouvement de libération des femmes, qui a tenu à débattre avec lui.

Lacan se préoccupe de la forclusion du Nom-du-père, un concept lié au rejet de la fonction de père. Antoinette Fouque, elle, décide donc de se concentrer sur la forclusion du corps des femmes comme lieu de production du vivant. Le corps de la femme est un lieu de procréation parfait, qui n’appartient qu’à la femme elle-même. Elle pense que les hommes sont jaloux, envieux de l’utérus des femmes, et que c’est la raison pour laquelle ils les réduisent en servitude. Elle explique également détester le terme de « mère biologique », car une femme qui met un enfant au monde est une génitrice qui fait acte de génie. Et ce, même si elle l’abandonne ou qu’il lui est volée. Antoinette Fouque nomme cela la libido creandi des femmes. Une libido qui leur est propre, distincte de la libido « phallique ».

Réalisateur : Julie Bertucelli

Producteur : Cinétévé, France 5

Année de production : 2008

Publié le 11/12/12

Modifié le 28/09/22

Ce contenu est proposé par