Vidéo : Attentats, au cœur du pouvoir

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Culture générale01:15:03Publié le 10/09/2021

Attentats, au cœur du pouvoir

Documentaires - Les intégrales

En 2015, une série d'attentats frappent la France. Ce documentaire inédit raconte les attaques du point de vue des coulisses, là où tout se joue : au cœur du pouvoir.

 

Les attentats de Charlie Hebdo

7 janvier 2015, 11h30. A l’Elysée, François Hollande s’apprête à recevoir le nouveau directeur de l’entreprise Total. A Matignon, Emmanuelle Valls, le Premier ministre tient une conférence de presse au sujet des intermittents du spectacle. Place Beauvau, Bernard Cazeneuze, ministre de l'Intérieur, est en réunion pour la ligue des droits de l’homme. Au même moment, les frères Kouachi, deux djihadistes français, attaquent la rédaction de Charlie Hebdo et assassinent douze personnes.

Une scène de guerre

« C’est la guerre, on vient de massacrer tout le monde avec des armes de guerre, il faut prévenir le président ». Le médecin-urgentiste et journaliste Patrick Pelloux contacte le standard de l’Elysée et s’entretient avec le président François Hollande qui se rend immédiatement au siège de la rédaction du journal. « J’ai vu les survivants, j’ai vu les blessés et j’ai entendu les témoignages », sur place, c’est une scène de guerre. Comment un journal menacé de longue date et protégé par la police a-t-il pu être attaqué en plein jour ? Le directeur des services de renseignements annonce avoir levé la surveillance d’un des frères Kouachi, « jugé inoffensif », 6 mois auparavant. Le gouvernement comprend alors que les failles du dispositif antiterroriste auront de graves conséquences politiques.

 

Le lendemain de la tuerie, Amedy Coulibaly, un terroriste en lien avec les frères Kouachi tue une policière municipale à Montrouge.

La prise d'otages de l’Hyper Cacher : L'unité nationale face à l'horreur

Le matin du 9 janvier, les frères Kouachi sont localisés, retranchés dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële. A 13h00, Amedy Coulibaly, abat 4 clients de l’Hyper Casher situé à la porte de Vincennes. 17 otages sont toujours dans le magasin.  « Intervenir trop tôt et mettre en péril nos otages ou intervenir trop tard et risquer de perdre une vie supplémentaire », explique Christiane Taubira, Garde des Sceaux. Au même moment, le RAID lance une attaque simultanée, abat les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. Le 15 janvier. La crise prend un tournant international. 50 Chefs d’Etat et hauts responsables étrangers défilent à Paris, contre le terrorisme.

Les attentats du 13-Novembre

« Monsieur le président, il y a eu 2 explosions », le garde du corps du président glisse cette information à François Hollande, présent au Stade de France pour le match. 21h53, une troisième explosion se fait entendre aux abords du stade et des fusillades sur les terrasses de cafés parisiens et au Bataclan. Le scénario que redoutait le gouvernement se réalise : des attaques simultanées dans Paris. « C’est une horreur, il y a plusieurs dizaines de morts », le président convoque son conseil des ministres et met en place l’état d’urgence et la fermeture des frontières, au mépris de certaines libertés individuelles. Au Bataclan, le RAID donne l'assaut. A l'intérieur de la salle, le bilan humain est lourd : 129 morts et 352 blessés.

La peur et la colère des citoyens

« C’est de votre faute », un Français interpelle le président François Hollande et Manuel Valls. 10 mois après les attentats de janvier 2015, le pouvoir doit rendre des comptes et répondre à la colère des Français. L’union nationale s’annonce bien plus difficile qu’en janvier, car les revers répétés du gouvernement à détecter les terroristes pourraient augmenter les votes du parti de Marine Lepen.

« La France est en guerre »

Le 16 novembre, trois jours après les attentats de Saint-Denis et de Paris qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés, François Hollande tient un discours à Versailles, devant le Congrès. Le président emprunte à la droite, plusieurs propositions phares comme la révision de la constitution, une coalition avec Poutine et la déchéance de la nationalité pour les djihadistes. Le même jour, le président annonce des frappes aériennes sur Raqua, la capitale de l’Etat islamique.

 

Dès le lendemain, François Hollande remonte dans les sondages. Le 18 novembre, le RAID abat Abdelhamid Abaaoud, le responsable des attaques du 13-Novembre. C’est la fin d’une année sanglante.

Réalisateur : Antoine Vitkine

Nom de l'auteur : Bruno Dive

Producteur : Siècle Productions, avec la participation de France Télévisions

Distributeur : FTD

Publié le 10/09/21

Modifié le 07/01/22

Ce contenu est proposé par