Vidéo : Calamity Jane : légende du Far West

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Calamity Jane : légende du Far West

Culture Prime

Il était une fois dans l’Ouest, un cow-boy pas comme les autres : Calamity Jane, une femme. Une reine de la gâchette devenue légende. Montez à cheval et partez au galop dans les plaines américaines du XIXe siècle, pour découvrir l’histoire de Calamity Jane, légende du Far-West.

Calamity Jane devient une légende

Son vrai nom, elle ne le signe pas à la pointe de l’épée, mais avec la gâchette de son revolver : Martha Jane Canary. Elle naît le 1er mai 1852 dans le Missouri, aux Etats-Unis, de parents fermiers dont elle est le premier de leurs 6 enfants. Elle n’a que 12 ans quand ses parents décèdent. Une dizaine d’années plus tard, la jeune américaine est engagée comme éclaireuse par le général Custer, dans le Wyoming. De fait, elle côtoie et travaille avec les hommes, et s’habille comme eux. Courageuse aventurière, elle participe à de dangereuses missions militaires, et c’est en sauvant la vie d’un capitaine que celui-ci lui donne son fameux pseudonyme. « Jane » étant un surnom standard donné aux femmes de basse condition à cette époque, Martha Jane Canary devient alors Calamity Jane. Ce cow-boy au féminin parcourt les plaines américaines et devient la première femme à s’aventurer dans les montagnes occupées par les Sioux, les Black Hills. On raconte que des gisements d’or y auraient été découverts et auraient ainsi provoqué une ruée, mais aussi la fondation de Deadwood, petite ville du Dakota du Sud où se dirige Calamity. Elle y rencontre une autre figure emblématique de l’Ouest américain : Wild Bill Hickok. Ce dernier se fait malheureusement tuer peu de temps après leur rencontre. Très affectée par la mort de son ami, Calamity Jane capture l’assassin et le livre à la justice. Ensuite, elle enchaîne autant de métiers différents qu’un cow-boy boit de verres de whisky. Cuisinière pour les ouvriers de chemin de fer, serveuse, lingère, infirmière… En seulement 3 ans, elle devient la femme la plus célèbre d’Amérique. En 1893, elle participe au spectacle « Buffalo Bill Wild West show » et impressionne toujours le public. En particulier les femmes qui se sentent alors inspirées par le courage de Calamity Jane.

Les déboires de Calamity Jane

Si dans les westerns du grand écran, les cow-boys sont souvent des aventuriers portés sur le whisky, Calamity Jane ne déroge pas à cette image. En effet, tout l’argent qu’elle gagne est dépensé dans l’alcool dans lequel elle cherche à noyer sa dépression. Elle finit sa vie en étant plongée dans le whisky, délaissée par son entourage, et mère d’une fille. Une pneumonie et une inflammation des intestins ont raison d’elle en 1903, à 51 ans. Selon ses dernières volontés, elle repose à Deadwood, auprès de Wild Bill Hickok.

 

Retrouvez aussi cette vidéo sur france.tv

Producteur : Culture Prime

Publié le 08/03/21

Modifié le 08/03/21

Ce contenu est proposé par