Vidéo : Comment notre corps s'adapte-t-il à l'altitude ?

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Sciences de la vie et de la Terre02:17Publié le 18/03/2022

Comment notre corps s'adapte-t-il à l'altitude ?

C Jamy, les extraits

A haute altitude, l’oxygène se raréfie, ce qui peut potentiellement avoir de lourdes conséquences sur notre organisme. Cependant, celui-ci est capable de s’y adapter au fil du temps, à l’image de certaines populations vivant à plus de 4 000 mètres d’altitude.

Pourquoi avons-nous du mal à respirer à une altitude élevée ?

Ce phénomène est causé par une baisse de la pression atmosphérique. Cela signifie que l’air se dilate, et la densité en molécules, parmi lesquelles se trouvent celles d’oxygène, diminue. Ainsi, quand on inspire au sommet du Mont Blanc, à 4807,81 mètres, on inhale 45% d’oxygène en moins qu’au niveau de la mer. En comparaison, au sommet de l’Everest, qui culmine à 8 848,86 mètres, on absorbe deux tiers d’oxygène en moins par inspiration.

Mais l’oxygène est essentiel à notre organisme, et cette baisse peut donc entraîner des troubles sur notre santé. Comme le mal aigu des montagnes, un ensemble de symptômes (fatigue, nausées, vomissements, maux de tête et vertiges) ressentis principalement à des altitudes supérieures à 2 500 mètres. Ceux-ci apparaissent entre 6 et 10 heures après l’ascension, et disparaissent après la descente. Cependant, ces symptômes peuvent causer des problèmes graves, comme des œdèmes aux poumons ou au cerveau.

L’adaptation de l’organisme à l’altitude

Toutefois, il existe de nombreuses populations vivant en haute altitude depuis des siècles, et qui ne sont plus du tout affectées. C’est le cas des Tibétains, au nord de l’Himalaya, ou des Quechuas, dans la Cordillère des Andes. Leur organisme s’est en réalité adapté au fil du temps et des générations. Ce phénomène d’adaptation est différent selon le patrimoine génétique du peuple mais varie aussi en fonction de la région dans laquelle il vit. Les Amharas d’Ethiopie, par exemple, ont un taux d’hémoglobine dans le sang plus élevé, ce qui leur permet d’absorber plus d’oxygène.

Notre corps est donc capable de s’adapter, mais cela prend du temps. Lors d’une grande ascension comme celle du Mont Blanc, plus haut sommet d'Europe, il est primordial de progresser par paliers et de ne pas aller trop vite. Ainsi, notre organisme a le temps de produire davantage de globules rouges, et nous nous essoufflons moins.

 

© Crédits images : MIXKIT / PEXELS / SHUTTERSTOCK / DR

Producteur : Elephant Adventures

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Publié le 18/03/22

Modifié le 22/03/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau
Reprise de lecture Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !