Vidéo : De Gaulle et la décolonisation, l'épisode Brazzaville

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Culture générale48:28Publié le 04/08/2021

audio - De Gaulle et la décolonisation, l'épisode Brazzaville

Indépendances africaines

Les colonies françaises ont joué un rôle capital dans la libération et la victoire contre l’Allemagne nazie. La conférence de Brazzaville, en 1944, fut organisée pour déterminer comment remercier l’empire colonial pour son aide. Mais la décolonisation n’était peut-être pas encore à l’ordre du jour…

Les colonies, alliés indispensables de la France libre

Année 1940. La France est vaincue par l’Allemagne nazie, et le régime de Vichy s’installe au pouvoir. Depuis la Grande-Bretagne, Charles de Gaulle lance son célèbre appel du 18 Juin pour exhorter à résister à l’occupant. Mais il est difficile de préparer une contre-offensive de la France libre depuis un pays étranger. Quelques mois plus tard, le Général verra la colonie de l’Afrique Equatoriale Française, ou AEF, se rallier à sa cause. Sa capitale, Brazzaville, deviendra le siège de cette France libre.

Ce ralliement peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Géographiques, notamment, car le territoire est entouré de deux colonies britanniques, et donc alliées. Mais surtout grâce à l’impulsion du gouverneur du Tchad, Félix Eboue. Celui qui deviendra en octobre 1940 gouverneur général de l’AEF, et qui était supposé obéir au régime du Maréchal Pétain, est l’un des seuls à répondre présent à l’appel de De Gaulle.

L'Afrique Equatoriale Française, berceau de la France libre

L’empire colonial permet donc à ce dernier d’acquérir une base territoriale, un sol sur lequel il peut ancrer son contre-état. Et donc une forme d’indépendance. Il obtient aussi des hommes et des ressources naturelles qui manquent aux alliés, comme l’or, le caoutchouc, ou le bois. Cette aide sera indispensable à la reconquête de la France, tant dans la préparation que dans la lutte elle-même, à l’image du débarquement de Provence où 80% des soldats sont africains. De Gaulle dira que Brazzaville restera l’exemple le plus méritoire de l’effort français.

La Conférence de Brazzaville, vraiment l’acte 1 de la décolonisation ?

A la libération, c’est donc logiquement que la question de l’avenir de l’empire colonial, et de la manière de le remercier pour son aide, va rapidement se poser. Et qui sera discutée lors de la Conférence de Brazzaville, en 1944, qui ne sera finalement pas la pierre fondatrice de la décolonisation. En effet, cette assemblée décrète la fin du statut de l’indigénat, offrant la citoyenneté aux populations locales ainsi que des droits sociaux similaires aux habitants de la métropole. Cependant, il est alors inenvisageable de leur offrir une autonomie et une indépendance complète vis-à-vis de la France. De Gaulle réforme toutefois l’empire colonial, en décidant de moderniser ses routes, ses infrastructures, et son industrie.

 

À lire :
La France libre fut africaine, Éric Jennings, éd. Perrin
Histoire de la Résistance : 1940-1945, Olivier Wieviorka, éd. Perrin
Les Français libres, l’autre résistance, Jean-François Muracciole, éd.Tallandier.

 

Photo prise en avril 1941 : © STF / AFP

Nom de l'auteur : Valérie Nivelon / La Marche du monde

Producteur : RFI

Année de copyright : 2020

Publié le 04/08/21

Modifié le 18/10/21

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte