Vidéo : De Gaulle unit la France et l'Allemagne, axe de l'Europe

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:46

De Gaulle unit la France et l'Allemagne, axe de l'Europe

De Gaulle, le dernier roi de France

Pour de Gaulle, l'Allemagne est le pays qui conditionne la construction de l'Europe. Dès son retour au pouvoir, le général s'attelle à mettre en œuvre la réconciliation franco-allemande.

De Gaulle, artisan de la réconciliation franco-allemande

En 1958, de Gaulle accueille chez lui, à Colombey-les-Deux-Eglises, le chancelier Konrad Adenauer. « Personne ne peut mieux que lui saisir ma main. Et personne ne peut mieux que moi la lui tendre », commente le général. En juillet 1962, la visite d'Adenauer en France est conçue comme une démonstration de solidarité franco-allemande. De Gaulle met en scène la réconciliation des ennemis d'hier. Au camp de Mourmelon (Champagne-Ardenne), 600 chars français et allemands défilent ensemble devant les deux chefs d'Etats. Un évènement historique sans précédent. Puis, dans le cathédrale de Reims, lieu symbolique où ont été sacrés les rois de France, le chancelier et le général se recueillent côte à côte à la mémoire des victimes de la guerre. Deux mois plus tard, c'est au tour de De Gaulle de se rendre en Allemagne. Une visite triomphale minutieusement préparée. Le général mémorise 14 discours en allemand qu'il répète avant de les prononcer avec une verve inimitable. Un journal allemand commente l'évènement : « De Gaulle est arrivé président des Français, et il est reparti empereur d'Europe ».

Signature d'un traité de coopération et d’amitié franco-allemand en 1963

Les efforts de réconciliation de De Gaulle portent leurs fruits. Le 22 janvier 1963, un traité franco-allemand est signé. S'instaure, entre la France et l'Allemagne, une concertation dans les domaines de la défense, de la politique étrangère, de l'économie et de la culture. Ce traité franco-allemand n'aura hélas pas la portée espérée. Pour obtenir une large ratification du Bundestag (assemblée parlementaire de la République fédérale allemande) qui se montre réticent, Adenauer a fait ajouter un préambule réaffirmant la fidélité indéfectible de la RFA à l'Alliance atlantique (l'Otan), vidant ainsi la portée européenne du traité. De gaulle fulmine.

De Gaulle veut une Europe sans les Britanniques

Si de Gaulle ouvre les bras à l'Allemagne, il ferme la porte de l'Europe à la Grande-Bretagne qu'il considère être le cheval de Troie de l'Amérique. De Gaulle refuse la perche lancée par le Premier ministre Macmillan venu plaider sa cause à Rambouillet en décembre 1962. Dans l'Europe gaullienne, il n'y a pas de place pour les Britanniques.

Aucun des successeurs de De Gaulle ne remettra en cause l'axe franco-allemand, moteur de l'Europe.

Réalisateur : Patrick Rotman

Producteur : Kuiv Productions; INA

Diffuseur : France 2

Année de copyright : 2020

Année de production : 2017

Année de diffusion : 2020

Publié le 10/11/20

Modifié le 16/11/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par