Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Dette publique, partageons l’addition !

Le gros mot de l'éco
Publié le 17/12/19Modifié le 17/12/19
sso_title
sso_description

La dette publique est-elle dangereuse ? Elle est souvent décrite comme un fardeau pour la croissance et pour les générations futures, mais elle a aussi son utilité. D’ailleurs, elle est bien moins importante que la dette privée au niveau mondial. Et elle n’est pas responsable jusqu’ici des crises qui ont marqué l’histoire récente. Alors, la dette publique, à quoi sert-elle ? Et comment la doser ? Le gros mot de l'éco vous explique tout.

 

La dette publique, qu’est-ce que c’est exactement ?

C’est un peu comme la levure dans un gâteau. Il en faut, mais pas trop ! A l’échelle d’un pays, plusieurs pâtissiers s’agitent en cuisine : l’Etat, les assurances sociales et les collectivités comme les villes. Pour réaliser leurs routes, leurs écoles, leurs quotients de retraite, tous ces « confiseurs » ajoutent, souvent, une pincée de dette. Un ingrédient qui fait gonfler les ressources et permet d’investir dans l’avenir. La préparation de la recette est équilibrée car tout le monde la paye, et tout le monde la mange, y compris les générations futures. En économie, on dit que les actifs compensent le passif. Problème : certains « pâtissiers », souvent les états, ajoutent de la dette au quotidien. Leur gâteau paraît plus gros mais, en réalité, il ne nourrit que les clients du jour, les autres n’ont que les miettes. Par remédier à ça, la zone euro a imposé sa propre recette : la dette publique ne doit pas dépasser 60 % de la richesse nationale. Au-delà, dit la Commission européenne, la levure vire à la moisissure.

 

La dette publique est-elle dangereuse ?

Selon Eric Heyer, directeur du département analyses de l’OFCE (l’Observatoire français des conjonctures économiques), « elle peut l’être si un état n’est pas endetté dans sa propre monnaie. En revanche, lorsqu’un état est endetté dans sa devise, sa banque centrale qui crée la monnaie peut alors lui prêter de l’argent. Le danger est alors extrêmement limité. »

 

Quelle différence entre la dette publique et la dette privée ?

« Une dette privée, c’est soit celle des ménages, soit celle des entreprises. En observant l’histoire des crises économiques, on constate qu’elles ont toujours pour origine, un endettement excessif privé. C’est donc l’endettement des ménages qui est le plus risqué. Contrairement à un état, un ménage est mortel et ne fixe pas sa rémunération », analyse Eric Heyer.

 

Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier La dette publique

Réalisateur : Yong Chim, Patrick Delamotte, Antoine Sextier

Nom de l'auteur : Myriam Mascarello

Producteur : France 24

Année de copyright : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :