Disparition du sable : pourquoi c'est grave ?

Decod'actu
Publié le 05/09/19Modifié le 06/11/19

Sur le même sujet

Disparition du sable : pourquoi c'est grave ? 

Quel est le lien entre du verre, un pont, un hôpital et des micro-processeurs ? Le sable, indispensable à leur construction. Ce matériau est aussi utilisé dans la filtration de l'eau, la création de pneus ou de peintures. Le sable est partout. Pourtant, il est en voie de disparition. Et cela pose de graves problèmes au-delà de la fin des plages et des châteaux éphémères.

A quoi sert le sable ? Et d'où vient-il ? 

S'il est indispensable à une multitude d'industries, le sable est très utilisé dans le secteur de la construction qui en est particulièrement friand. De grandes quantités de sable permettent en effet de fabriquer le béton ou de créer des extensions artificielles de terrain comme à Singapour ou à Colombo.

Le sable provient de la lente érosion de la pierre. Ce n'est donc pas une ressource infinie.

Par ailleurs, tous les sables ne se valent pas : celui du désert ne convient pas pour la construction. Ainsi, Dubaï doit importer son sable.

Chaque année, entre 40 et 50 milliards de tonnes de sable sont extraites alors que les rivières et les glaciers de la planète n'en charrient que 24 milliards de tonnes par an.

Quelles sont les conséquences de sa disparition ? 

Les carrières terrestres montrant leurs limites, le sable marin est de plus en plus sollicité. Les plages disparaissent et, avec elles, une bonne partie des terres émergées : des îles entières sont menacées. Dans la baie de Jakarta, au moins 5 îles ont déjà disparu à cause de l'extraction illégale. Des écosystèmes entiers, marins et terrestres, sont menacés.

Ce qui n’est pas sans conséquences sur les activités humaines. Car le tourisme, basé sur l'attrait des plages, représente un secteur économique important sur les côtes des pays en développement. Sans touristes, les populations risquent d'être confrontées à une hausse de la pauvreté. Et sans le sable qui forme un filtre naturel, l'eau de mer s'infiltre dans les nappes phréatiques et salinise les terres, les rendant stériles.

Avec une demande de sable toujours plus importante, le business devient très juteux. Des extractions sauvages se multiplient et de véritables mafias du sable se développent partout dans le monde. Ainsi, au Maroc, la moitié du sable produit – soit 10 millions de m3 – est issue d'extraction illégale. Et en Inde, un journaliste qui enquêtait sur la mafia du sable a été tué en mars 2018.

Un rapport des Nations unies alarmant

Le Programme des Nations unies pour l'environnement qui a publié un rapport alarmant, prône un meilleur encadrement des exploitations et un recyclage pour réduire la consommation. Mais on peut aussi utiliser d'autres matériaux dans la construction : le bois, l'argile, la terre. Le pisé, constitué de terre argileuse, devient même un matériau tendance : il a par exemple été utilisé pour bâtir la tour d’observation Negenoord, haute de 10,5 m, en Belgique, ou le Nk’Mip Desert Cultural Centre.

Peut-être pourrions-nous nous inspirer des anciens ? Ils adaptaient les matériaux de construction à leur environnement. Cela pourrait sauver notre sable.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Cécile Bontron

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :