Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité03:22

#Excision. Vers l'interdiction d'une tradition dangereuse pour les filles.

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

Dans le monde, l’excision concerne 200 millions de femmes et de filles. Cette mutilation génitale est pratiquée dans une trentaine de pays, sur les continents africain et asiatique. Zoom sur l’excision et ses dangers.

Qu’est-ce que l’excision ?

L’excision consiste à couper la partie externe du clitoris avec un couteau ou une lame de rasoir,  Ce petit organe permet aux filles d’éprouver du plaisir pendant une relation sexuelle. Cet acte qui n’a rien de médical peut provoquer de graves infections, entraîner des maladies et même parfois... la mort. L’excision, en plus d’être extrêmement douloureuse est donc dangereuse pour la santé.

Pourquoi certains pays ont-ils recours à l’excision ?

Cet acte repose sur de très fortes traditions culturelles. Dans les esprits de certaines familles, priver une fille de son clitoris s’est s’assurer aussi qu’elle sera fidèle à son mari. La tradition pèse parfois plus lourd que la santé des jeunes filles... La plupart des familles qui font exciser leurs filles connaissent ces risques.

La pratique de l’excision punie par la loi.

Dans plusieurs pays où elle est pratiquée l’excision est pourtant considérée comme un crime. Des associations essaient de sensibiliser les familles et les pères surtout. Grâce au dialogue et à l’éducation les mentalités évoluent petit à petit. Au Soudan, 79 % des femmes étaient favorables à l’excision en 1990. En 2010, elles n’étaient plus que 48 %. Aujourd’hui 9 filles sur 10 sont excisées dans ce pays. Mais cette pratique sera bientôt interdite par la loi et punie de 3 ans de prison et d’amendes. 

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 25/05/20

Modifié le 02/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par