Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité03:09

#F1 : les femmes dans la course et pour de bon !

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

Dans le monde quasiment 100% masculin de la formule 1, une femme pilote fait figure d’ovni : la Britannique Jamie Chadwick. A 21 ans, cette championne de W Séries (formule 3), une catégorie dédiée aux femmes, est aussi aux commandes de simulateur pour l’écurie Williams. Avec ses classements, elle pourrait très prochainement se qualifier pour les Grands Prix de F1 et concurrencer ses collègues masculins. Zoom sur un milieu sportif qui pourrait bientôt vivre une petite révolution…

Vers une féminisation des pilotes

Aujourd’hui, aucune femme ne roule en F1. Et il y a peu de chefs d’équipes, d’ingénieures ou de mécaniciennes sur les circuits. Mais les écuries affichent leur volonté de changer l’image « masculine » de ce sport. En 2018, les grid girls (les hôtesses de circuit) ont ainsi totalement disparu des courses. Des chefs d’écurie de F1, comme Mattia Binotto (Ferrari), ont fait part de leur souhait de recruter des femmes dans leurs académies de jeunes pilotes. En parallèle, des courses et des championnats automobiles 100 % féminins se multiplient. Ces courses exclusives sont la rampe de lancement pour les jeunes pilotes pour se faire repérer et espérer un jour accéder à la F1.

Jamie Chadwick, jeune espoir britannique des circuits automobiles

Jamie Chadwick est l'une d'entre elles. Elle est pilote de développement des voitures chez l’écurie Williams depuis 2019. Championne en titre des W Series à 21 ans, elle a même fini 4e au championnat mixte Asian formule 3. Des victoires qui multiplient ses chances de participer un jour à un Grand Prix de F1. Pour l’Anglaise, être l’une des rares femmes dans cet univers d’hommes est une force.

Bientôt des femmes au volant de formule 1 ?

Pour certains, la discipline et les voitures ne sont pas adaptées aux femmes. Accélérations soudaines, virages et freinages violents dans des véhicules très étroits… Les pilotes perdent entre 3 et 5 kilos d’eau par course, dans des cockpits qui peuvent atteindre les 60 degrés ! « C’est un sport très dur physiquement. Surtout pour le cou. Les femmes ont beaucoup moins de masse musculaire que les hommes », explique Jamie Chadwick. Mais la condition physique ne fait pas tout.

C’est beaucoup plus que conduire une voiture. C’est physique et mental : il faut travailler avec les équipes, savoir communiquer.

Jamie Chadwick, pilote automobile

Avant de pouvoir participer à un Grand Prix de F1, le pilote doit encore faire ses preuves. Jamie Chadwick a trois ans pour se qualifier.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 09/03/20

Modifié le 16/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par