Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité03:25

#Homophobie : comment changer les mentalités ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

En février 2020, le rappeur Koba LaD s’est fait bannir de plusieurs festivals. La raison ? Il a, sur Snapchat, “cautionné” un crime homosexuel. Les festivals qui ont décidé de le bouder parlent pour la plupart d’actes maladroits ou irresponsables, mais pour l'association SOS homophobie, c’est une “homophobie décomplexée.” Plusieurs internautes se sont insurgés contre ces mots et parlent plutôt de “liberté d’expression”. Que dit la loi ? Est-ce qu’on peut publier sur les réseaux des propos homophobes ? Zoom sur l’homophobie, une violence ordinaire qui sévit toujours sur les réseaux. 

Qu’est-ce que l’homophobie ?

En février 2020, plusieurs festivals ont déprogrammé le rappeur Koba LaD. Sur Snapchat, il s’était réjoui d’un meurtre homophobe commis par un père sur son fils gay. Même si le rappeur s’est confondu en excuses, l’association SOS Homophobie les trouve insuffisantes et parle d’une « homophobie décomplexée ».

L’homophobie, c’est le rejet de l’homosexualité. En France, c’est une discrimination et la loi est claire sur le sujet : les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle sont un délit. On risque 3 ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende. Certains ont dit sur les réseaux sociaux qu’il s’agissait de liberté d’expression… Mais là aussi, pas d’ambiguïté pour la loi : « La liberté d’expression ne constitue en aucune façon un « passe-droit ». En clair, même sur les réseaux sociaux, on ne peut pas publier de propos homophobes. Pourtant, en 2018, SOS Homophobie a reçu 1905 témoignages de victimes d’homophobie. Mais en réalité, il est difficile de comptabiliser les actes homophobes et leurs victimes.

Comment parler plus librement de l’homosexualité ?

Pour certains, la solution, c’est de lever le tabou. C’est ce qu’a fait Théodore Tomasz, 19 ans, passionné de cinéma qui a réalisé la série de courts-métrages « Par un regard » qui totalise plus d’un million et demi de vues. Pour lui, c’est un sujet qu’il fallait traiter pour aider au changement de mentalité qui est déjà en cours.

A sa grande surprise, ses films n’ont pas encouragé de discours haineux, mais plutôt des confessions. Le jeune réalisateur se félicite sur le fait de ne pas avoir reçu un seul message de haine, tout comme les comédiens.

Quoi faire pour lutter contre l’homophobie ?

Sur les écrans, des séries comme « Sex Education » « Skam » font aussi un carton ! Mais lutter contre l’homophobie ne passe pas que par la fiction… En mars 2020, une appli sera lancée pour encourager le signalement d’actes homophobes et transphobes. Les personnes victimes ainsi que les témoins de ces violences seront accompagnés et orientés vers les démarches nécessaires les plus pertinentes.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 25/02/20

Modifié le 16/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par