Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité02:17

#Hongkong : comment en est-on arrivé là ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 1 min 30

Depuis maintenant 5 mois, des centaines de milliers de manifestants occupent les rues de Hongkong. Qu'est-ce qui a provoqué cette situation et où en est-on ? Pour tout capter, Zoom fait le point.

Quel est le statut de Hongkong ?

Hongkong est un territoire situé en Chine, de la taille de la Martinique, qui a un statut un peu particulier : il s'agit, depuis 1997, d'une région administrative spéciale de la République populaire de Chine. Les habitants de Hongkong ont plus de droits que le reste de la Chine : ils ont leur propre monnaie, leur système politique et jouissent de plus de libertés que le reste des habitants en Chine. Mais aujourd'hui, ils craignent de perdre ce statut particulier...

Le projet de loi sur l'extradition, point de départ de la crise

En juin 2019, Carrie Lam, cheffe de l'exécutif hongkongais, mentionne dans un discours un projet de loi visant à faciliter l'extradition vers la Chine. Le gouvernement chinois souhaite en effet qualifier les manifestants hongkongais d'« émeutiers » pour pouvoir les emprisonner en Chine. Ce projet est une vraie menace pour la liberté des Hongkongais, qui se sont rapidement mobilisés en masse : les premières manifestations de juin ont rassemblé jusqu'à 2 millions de personnes dans les rues de Hongkong, c'est-à-dire plus d'un quart de la population ! Les Hongkongais ont notamment demandé : 

  • le retrait du projet de loi ;
  • une enquête sur les violences policières ;
  • la libération des manifestants arrêtés.

Le 4  septembre, la Chine cède et retire le projet de loi. Mais la colère ne baisse pas pour autant à Hongkong... Depuis, c'est l'escalade de la violence entre manifestants et policiers. Et ça ne risque pas de s'arranger : le gouvernement vient d'interdire le port du masque, qui permettait jusque-là aux manifestants de protéger leur anonymat

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Publié le 07/10/19

Modifié le 07/11/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par