#Iran : les femmes au stade, une révolution ?

icone menu
ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 1 min 30
Publié le 15/10/19Modifié le 07/11/19

Sur le même sujet

Le 10 octobre dernier, quelque 3 500 supportrices ont assisté à un match de football, à Téhéran, la capitale de l'Iran. Depuis la révolution islamique de 1979, les femmes iraniennes ne sont pas autorisées à assister aux matchs de foot masculins. Alors, qu'est-ce qui a poussé le régime iranien à leur permettre de venir soutenir l'équipe nationale face au Cambodge ? Pour tout capter, Zoom fait le point. 

« C'était vraiment un très grand rêve pour moi de venir ici.
Vraiment, merci de nous laisser entre au stade ! J'en tremble, merci ! »
Une supportrice iranienne pendant le match

Qui est Sahar Khodayari ?

En Iran, la loi interdit aux femmes d'entrer dans les stades. Dans cette république islamique dirigée par un chef religieux, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, les femmes ont moins de droits que les hommes. Certaines femmes iraniennes n'hésitent pourtant pas à se déguiser en homme pour assister aux matchs. C'est ce qu'a fait Sahar Khodayari en 2018, avant de se faire arrêter par la police. Cette fan du club de Téhéran a préféré se suicider plutôt que de risquer la prison. Celle que l'on appelle « Blue Girl » à cause de la couleur de son équipe préférée est devenue un symbole. 

Après cet événement, des activistes iraniennes pour les droits de la femme ont poussé la FIFA à agir. L'organisation a alors précisé sa position : « Notre position est claire et ferme. Les femmes doivent être autorisées à entrer dans les stades de football en Iran. » 

Retrouve ce contenu dans :