#K-pop : les « Idols » coréens sous pression

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 1 min 30
Publié le 25/10/19Modifié le 07/11/19

Sur le même sujet

BTS, Blackpink, Twice, Pentagon ou encore GOT7… Difficile de passer à côté du phénomène K-pop. Comme son nom l’indique, la « Korean Pop Music » est née en Corée du Sud il y a près de 30 ans. Aujourd’hui, elle a conquis le monde entier, y compris la France. Mais pour parvenir au succès, les artistes ont dû travailler intensément et faire des sacrifices : entraînements quotidiens extrêmes, régimes stricts, histoires d’amour strictement contrôlées… Certains sont tombés en dépression et se sont suicidés, comme récemment la pop star Sully. Pourquoi mettre une telle pression aux chanteurs et aux chanteuses ? Qu’est-ce qui se cache derrière les paillettes ? Pour tout capter, Zoom plonge dans l’envers du décor de la K-pop.

La face cachée de la pop culture coréenne

A la Def Dance Skool, la concentration est maximale pendant le cours de danse. Cette école de K-pop est située à Séoul, la capitale de la Corée du Sud. Plus de 1 000 élèves s'y entraînent plusieurs heures par jour à danser et à chanter. Leur but ? Devenir des stars de la K-pop comme le boys band BTS. Mais d'abord, il faut réussir les auditions organisées par les maisons de disques. Deuxième étape : se plier à leurs règles très strictes et résister à la pression. Les futurs artistes suivent des cours intensifs : jusqu'à 12 heures par jour, 7 jours sur 7 !

Mais ça ne suffit pas : tout doit être parfait chez les apprentis stars, même leur corps... Claire Solery, experte en pop culture coréenne, explique : « Il faut faire de la chirurgie esthétique parce que l'apparence est extrêmement importante dans tous les jobs en Corée aujourd'hui. Là-bas, les pop stars sont pour la plupart appelées "Idols". Un "idol", c'est un idéal. Donc, évidemment, dans ces conditions, la pression est hyper forte pour refaire "ce qui pose problème" ». Tout ça, sans aucune garantie de faire partie d'un groupe un jour...

La K-pop : une arme de soft power coréen

Si les lables recherchent la perfection, cest parce que la K-pop joue un rôle important : faire la promo de la culture coréenne dans le monde entier. Euny Hong, journaliste et auteure de The Birth of Korean Cool, précise : « C'est une espèce d'ambassadeur pour le pays de la Corée. Bien sûr, tout le monde connaît les smartphones Samsung, les télévisions LG... Ces trucs-là sont des produits coréens aussi. Mais la K-pop, c'est vraiment le centre d'identité de la Corée autour du monde. »

Et ça marche ! Pour la première fois, un événement K-pop a été organisé en Tunisie cette année. Une façon pour le gouvernement de faire une fois de plus de la pub pour son pays. 

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :