Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

sso_title
sso_description
Spécialités08:58

La colocalisation : pour en finir avec les délocalisations ?

Le gros mot de l'éco

Faut-il toujours délocaliser pour être compétitif ? Fermer une entreprise et la réinstaller dans un pays moins développé est-il le plus court chemin vers la rentabilité ? Pas forcément. Certains groupes optent au contraire pour la colocalisation, un rapprochement plus pacifique où deux entreprises mettent leurs atouts en commun pour conquérir de nouveaux marchés. Exemple avec le rachat des usines d’une société française d’électroménager par un groupe algérien. Regardez !

 

La colocalisation, qu’est-ce que c’est ?

C'est une autre manière de partir à l’abordage de la concurrence. Une bataille d’un nouveau genre entre les entreprises des pays de l’hémisphère Nord, industrialisé, et celles de l’hémisphère Sud où le travail coûte moins cher. Plutôt que de couler l’adversaire, de racheter son activité et de fermer ses usines. On décide de coopérer, de faire flotte commune en s’appuyant sur les points forts de chaque équipage.

 

La colocalisation, une alternative à la délocalisation

« La colocalisation est une version gagnant-gagnant de la délocalisation. Dans les colocalisations, une partie des activités d’une entreprise produites en France s’en va à l’étranger. Mais le reste des activités reste dans l’Hexagone et est renforcé grâce à un partenariat entre deux pays. Il permet à l’entreprise d’augmenter sa compétitivité dans un pays qui présente, par rapport à la France, des avantages », explique Dominique Bocquet, professeur d’économie à Sciences Po et auteur d’un rapport ministériel sur la question.

 

S’allier pour partager la production, les savoir-faire et les profits

Prenons par exemple, le roi de la sardine, un pêcheur d’un pays du Sud dont l’emploi des marins coûte moins cher qu’en France. Il essuie, en revanche, d’autres difficultés : ses chalutiers sont vétustes, et ses techniques de pêche peu efficaces. Pour augmenter ses rendements, le roi de la sardine va se rapprocher d’une entreprise de pêche du Nord, championne des filets dernière génération. Résultat : les marins du Sud formés aux techniques modernes rapportent de leur pêche, plus de poissons. La manne financière profite aussi à la structure du Nord qui reçoit des fonds pour moderniser ses bateaux. Au final, tout le monde en profite ! « Avec la colocalisation, on fabrique un allié, c’est-à-dire qu’on partage la production, et on va, ensuite, cheminer ensemble en tirant partie de la force économique d’un pays émergeant, tout en s’appuyant sur notre expérience et nos savoir-faire. En résumé, c’est une manière de faire de la mondialisation ensemble », conclut Dominique Bocquet.

Réalisateur : Yong Chim, Patrick Delamotte, Colin Idier

Nom de l'auteur : Myriam Mascarello

Producteur : France 24

Année de copyright : 2018

Publié le 16/12/19

Modifié le 16/12/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par