Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Sciences économiques et sociales05:17

Le taux de croissance, tout le monde connait. Le chômage qui augmente, c’est la faute au taux de croissance. Les finances publiques qui dérapent ? Encore le taux de croissance.

Qu’est-ce que le taux de croissance ?

Le taux de croissance mesure la variation du produit intérieur brut qui correspond lui-même à la somme de toutes les valeurs ajoutées produites dans un pays donné.

Qu’est-ce que la valeur ajoutée ?

Prenons l’exemple d’un tout petit pays avec, dedans, une entreprise minuscule. Une qui fabrique des guitares. Avant de fabriquer quoique ce soit, elle doit d’abord acheter un tas de choses : du bois, des cordes, des vis, de la laque, et j’en passe.

La valeur ajoutée, c’est la différence de valeur entre l’ensemble des choses à acheter et la guitare finie. Entre le prix du produit fini et le coût total des ingrédients. C’est plus ou moins la richesse créée par la transformation de ce tas d’objets disparates en une guitare.

Maintenant élargissons un peu le champ : chaque entreprise de notre pays minuscule créée une valeur ajoutée. La somme de ces valeurs ajoutées, c’est le produit intérieur brut du pays. Appelé aussi PIB. Et n’oublions pas la valeur ajoutée créée par l’Etat. Lorsque l’Etat construit une route ou éduque un enfant, c’est aussi de la richesse qui est créée.

Qu’est-ce que le PIB ?

Le PIB, c’est la quantité de richesses produites sur une année à l’intérieur d’un pays. Mais à quoi sert cette richesse ? A qui est-elle distribuée ? Excellente question ! La rémunération des salariés représente environ les deux-tiers de la valeur ajoutée. Une autre partie sous la forme d’impôts, va à l’Etat. Le reste sert aux entreprises à rembourser leurs crédits, à rémunérer leurs propriétaires, et une petite part sert aux investissements pour le futur.

Le PIB, c’est aussi la somme des rémunérations versées. Les deux additions aboutissent au même résultat. Si on était vraiment curieux, on pourrait se poser une autre question : que devient toute cette richesse après qu’elle a été distribuée ?

Ici, un salarié achète une guitare. Là, un fabricant de guitares investit dans une machine-outil. Là-bas, l’Etat fait construire un conservatoire de musique pour apprendre le solfège aux générations futures. Bref, d’une façon ou d’une autre, la richesse distribuée est ensuite dépensée.

Le PIB, c’est la somme des valeurs ajoutées qui est égale à la somme des rémunérations, laquelle est égale à la somme des dépenses. Les trois sont équivalents.

Comment fonctionne le taux de croissance ?

Si le PIB était de 100 l’année dernière et est de 110 cette année, ça pourrait être parce qu’on a produit 10 % de richesse en plus, mais ça pourrait être aussi parce que les prix ont augmenté de 10 %... El le plus probable, c’est que c’est un peu des deux. Le taux de croissance, c’est la quantité de richesses en plus, sans tenir compte de la hausse de prix. 10 % de croissance, ça peut arriver dans des pays émergents. Ça n’arrive plus dans les pays développés, où 2  %, c’est déjà bien !

Maintenant, penchons-nous sur l’histoire édifiante de deux gâteaux.

Le premier, acheté au supermarché, fait partie intégrante du PIB, mais le second, cuisiné à la maison avec amour, n’existe pas. Ou du moins, le PIB ne le voit pas. Pourtant, le second gâteau est au moins aussi bon que le premier, et la richesse créée est bien réelle. Et puis, peut-être plus grave, le PIB n’inclut aucune notion d’utilité sociale. Il ne fait aucune différence entre la richesse que créée une marque de cigarettes et celle que créée un hôpital en soignant les cancers des fumeurs. Un embouteillage, vu par le PIB, est une aubaine : ça créée de la richesse, puisque ça fait dépenser plus en essence et en entretien auto… Bref, le PIB est un indicateur important mais limité du niveau de développement économique d’un pays. Et le taux de croissance de ce même PIB ne suffit pas à rendre compte du bien-être des citoyens. Surtout si vous fumez une cigarette dans un embouteillage !

 

 

Réalisateur : Citéco

Nom de l'auteur : Citéco

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Publié le 26/06/20

Modifié le 26/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par