Vidéo : « La Danse de la chèvre », d’Arthur Honegger (1921)

vidéo suivante

Contenu proposé par

Arts et culture04:08

« La Danse de la chèvre », d’Arthur Honegger (1921)

La faunothèque

Pour « La Danse de la chèvre », le compositeur suisse Arthur Honegger (1892-1955) a tenté de transcrire en musique la façon dont la chèvre bondit, comme une danse. Démonstration et explication de la pianiste Célimène Daudet.

Le réveil de la chèvre

Le compositeur Arthur Honegger nous raconte d’abord le réveil de la chèvre. On entend dans le morceau cinq parties bien distinctes : la chèvre sort d’abord de son sommeil, puis elle danse, puis elle se repose, essoufflée, avant de de s’endormir et, enfin, de rêver…

 

Le réveil de l’animal est pensé, musicalement, à la façon d’une arche : on commence par un do, le plus grave qu’une flûte puisse jouer, avant de monter dans les notes aigües, de s’y stabiliser, puis de descendre à nouveau vers le do.

 

Cette construction décrit l’étirement de la chèvre. Elle se réveille et ses membres se déploient lentement. À ce moment, d’ailleurs, le compositeur indique au musicien qu’il doit jouer un soufflet : une note que l’on expulse plus haute que les autres, avant de la faire redescendre. La chèvre est enfin réveillée et prête à danser.

La chèvre danse, se repose, puis dort

La rupture est alors franche : la chèvre bondit. Le flûtiste joue staccato d’une façon rapide. Les notes sont courtes. Elles sont à l’image des sauts de l’animal, inattendus et pleins de fougue.

 

Puis, son énergie s’estompe progressivement jusqu’à ce qu’elle se calme. Notre chèvre se repose. Le thème de la danse est alors ralenti. Puis, il reprend de plus belle un court moment, comme si la chèvre n’acceptait pas l’idée d’être fatiguée.

 

On entend alors, à nouveau, les premières notes du morceau, celles qui nous racontaient son réveil. Mais ici, elles suggèrent les bâillements qui précèdent le sommeil.

Une musique infinie ?

Après le réveil, la danse et la fatigue, nous voilà revenus à notre point de départ : celui d’une chèvre qui dort. Comme si, indéfiniment, on pouvait reprendre le morceau. En effet, après avoir plongé dans un long sommeil, on peut tout à fait imaginer que notre chèvre se réveillera, qu’elle s’étirera, qu’elle dansera à nouveau avant de se fatiguer, de souffler, de bâiller, etc etc etc.

Réalisateur : David Unger

Nom de l'auteur : David Unger ; Théo Ould

Producteur : Le Grizzly; Radio France

Année de copyright : 2020

Publié le 06/10/20

Modifié le 13/10/20

arrow
voir plus