Vidéo : L'Irak et la France, partenaires à partir de 1973

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

L'Irak et la France, partenaires à partir de 1973

Irak, destruction d'une nation

Sous la présidence française de Valéry Giscard d’Estaing s’établissent les bases de la coopération entre l’Irak et la France. Contrats économiques, ventes d’armes, la France valorise son savoir-faire industriel auprès de cet allié producteur de pétrole.

L’Irak et la France, des relations commerciales et militaires

En décembre 1974, Jacques Chirac, alors Premier ministre de la France, se rend en Irak pour rencontrer le vice-président Saddam Hussein. En signant d’importants contrats industriels et en implantant des infrastructures pétrochimiques ou d’aluminium, la France devient un partenaire majeur de l’Irak. Pétrole contre savoir-faire industriel, c’est le pacte franco-irakien qui inclut aussi un programme nucléaire civil. Cette coopération entre la France et l’Irak s’avère particulièrement florissante pour un secteur d’activité en particulier : l’armement.

Les coulisses des ventes d’armes entre la France et l’Irak

En matière d’armement, l’Irak dépense sans compter afin d’instaurer sa domination militaire au Moyen-Orient. « C’était financé sous forme de prêts, raconte Roland Dumas, Ministre des relations extérieures (1984-1986). Le gouvernement irakien s’engageait à les rembourser. A l’époque, la France était un créancier de l’Irak ». Parmi les grands industriels français, Dassault vend ses avions de chasse. En quelques années, la France devient le deuxième fournisseur d’armes de l’Irak, derrière l’URSS. Comblés par ce bon client, les gouvernements français qui se succèdent feignent d’ignorer l’autre visage de Saddam Hussein : celui du tyran.

Réalisateur : Jean-Pierre Canet

Producteur : Tohubohu

Année de production : 2020

Publié le 01/02/21

Modifié le 01/02/21

Ce contenu est proposé par