La fraude fiscale

Decod'actu
Publié le 22/02/16Modifié le 13/11/19

Sur le même sujet

Depuis la Révolution française, un principe est admis en France : l'impôt doit être consenti par les citoyens pour qu'il s'impose à eux. Quelques élus du peuple ont pu chercher à s'y opposer, mais jamais suffisamment pour que l'impôt disparaisse…Pourtant, si une majorité de Français se soumet de plus ou moins bonne grâce au paiement, certains n'hésitent pas à frauder.

Mais qu'est-ce que frauder fiscalement, exactement ?

En quelques mots, c'est échapper au paiement de l'impôt ou en réduire le montant par des moyens illégaux. L'une des techniques les plus courantes est d'ouvrir un compte bancaire à l'étranger sans le déclarer. C'est-à-dire sans révéler son existence aux services fiscaux. Les sommes déposées sur ce compte caché ne seront donc pas soumises à l’impôt dans son pays de résidence.

Cette fraude peut avoir des conséquences désastreuses... Vous avez sans doute entendu cette fameuse phrase : « On paie trop d’impôts en France ! » Et pourtant l'impôt est essentiel car il permet de financer l’État, mais aussi les régions, les départements, les communes et les différentes structures qui y sont liées.

Financer l'État

Exemple ? Pas de collège, pas de lycée sans impôt… Bon peut-être que l'idée peut paraître plaisante… mais pas non plus de routes pour se rendre à l'équitation, et pas non plus d'hôpital pour soigner cette vilaine blessure que vous vous êtes faite en tombant de cheval ! En sommes, les fraudeurs ne participent pas, comme les autres citoyens, au financement d'une société pour fonctionner correctement.

Et en France, en 2014, la fraude fiscale était estimée entre 60 et 80 milliards d'euros. Cette même année, le déficit de l’État, c'est à dire l'argent qu'il doit principalement aux banques, était de 85 milliards d'euros… soit presque le montant de la fraude. Récupérer ces 80 milliards d'euros permettrait de renflouer presque 7 fois le fameux « trou » de la sécurité sociale… ou faire construire plus de 2 000 piscines olympiques ! Que risque le fraudeur ? En plus d'une majoration de 80 % de ses impôts, le fraudeur risque jusqu'à deux millions d'euros d'amende et 7 ans d'emprisonnement. Un fraudeur averti en vaut deux !

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Léo Pajon

Producteur : Corner Prod

Année de copyright : 2016

Année de production : 2016

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :