Vidéo : La physiologie de la voix

vidéo suivante

Contenu proposé par

Radio France
Arts et culture03:17

La physiologie de la voix

Vox, ma chorale interactive

Parler ou chanter, c’est avant tout avoir envie de communiquer. Cela est rendu possible grâce à la voix bien sûr ! La voix est sans doute le plus mystérieux des instruments de musique, car tous les organes qui la font fonctionner sont bien cachés à l’intérieur de notre corps ! Explications.

Comprendre la mécanique de la voix 

Comme tous les autres instruments, pour produire un son, notre corps a besoin de trois éléments :

  • un moteur (le souffle)
  • un vibrateur (le larynx)
  • une caisse de résonance (le résonateur)

Le moteur correspond au souffle. L’air circule dans notre corps grâce aux poumons, au diaphragme et à de nombreux autres muscles. Cet air vient faire vibrer le larynx, notre boîte à musique. Il est suspendu dans le cou, et sa petite bouche émet ce que l’on appelle le « son source ». Il lui faut enfin une caisse de résonance appelée le « tractus vocal ». Il s’agit d’une zone comprise entre le larynx et les lèvres. On y trouve : la gorge, la bouche et pour certains sons, le nez.

Comment développer le chant ?

On réfléchit avant tout à nos intentions afin de savoir quelles émotions on veut partager et savoir comment on va conduire la ligne vocale. On doit par exemple, régler le volume du chant et l’intensité émotionnelle. C’est pour cette raison qu’il est très important d’enrichir notre catalogue de sons et d’être capable d’en imaginer une multitude. Ainsi, plus on écoute de gens chanter, mieux on peut savoir ce que l’on aime ou non. L’interprétation est un aspect central du travail de la voix, car lorsque l’on doit chanter, il n’y a pas de place pour l’hésitation !

Tout le corps participe au chant. C’est pour cette raison qu’il faut travailler sa posture. L’idéal est de sentir que nos os nous soutiennent grâce au travail des muscles profonds. Il faut être à l’écoute de son corps ! Si la mâchoire, la langue, la bouche sont souples, alors la respiration sera libre.

Il faudra également apprendre à gérer sa respiration afin de chanter sans doser son souffle. Pour cela, attention au surmenage si le larynx reçoit trop d’air ! On doit utiliser juste ce qu’il faut pour obtenir la bonne hauteur de note mais aussi la bonne intensité. Et puis certaines phrases musicales étant très longues, il faudra s’organiser afin de ne pas finir à bout de souffle !

On peut enfin travailler la résonance du son source. Tout se passe au niveau du tractus vocal. Quand on modifie sa forme, on vient sculpter le son et lui donner la forme qui correspond à nos intentions de chant. On va par exemple, trouver la bonne définition des voyelles et des consonnes, trouver les bons équilibres pour rendre la voix homogène et donner une belle couleur à notre chant.

Lorsque l’on chante, il se produit sans cesse cette réaction en chaîne qui peut paraître complexe. Mais le désir et le plaisir de chanter rendent finalement tout cela très simple !

Réalisateur : Philippe Maître et Gauthier Mesnil-Blanc

Producteur : Radio France

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Publié le 07/11/19

Modifié le 17/11/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par