Vidéo : Le cédrat

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire03:14Publié le 23/09/2021

Nous allons vous parler d’un fruit qui à la base ressemble à un citron en mauvaise forme, sans beaucoup de pulpe, au goût amer et au jus insipide… Pourtant, transformé, il devient délicieux !

Les origines du cédratier

Originaire de l’Himalaya, le cédratierest un petit arbre sympathique d’environ 3 mètres de haut, produisant toute l’année des fleurs pourpres ou blanches. Les fruits, des cédrats, sortes de gros citrons bosselés, d’un volume et d’un poids importants, ont une écorce verruqueuse et épaisse. Pulpe réduite, goût amer, jus insipide, aussi acide que celui d’un citron, on ne peut le consommer tel quel. Il lui faut subir une transformation. C’est l’écorce du fruit que l’on préfère, coupée en morceaux avant d’être confite. C’est en effet au stade de fruit confit qu’il devient délicieux.

De quelle manière les Corses conservaient-ils à l’époque le cédrat ?

Au XIXe siècle, sans chambre froide, cet agrume ne pouvait pas se conserver. Il fallait le cueillir encore vert, puis le mettre en saumure dans l’eau de mer. Les confiseurs italiens recevaient les fruits coupés en deux, logés dans des tonneaux de 600 litres, emplis d’eau de mer. Opération renouvelée plusieurs fois. Ensuite, on ajoutait 10 kilos de sel par tonneau et on scellait la bande, opération assurant la fermentation du fruit. Ne restait plus qu’à le livrer en Italie, ce qui explique, sur d’anciennes photos, ces centaines de tonneaux en attente de chargement dans le port de Bastia, de Porto, ou encore sur la plage de Sagone.

Au XIXe siècle, la « pomme d’or, surnom donné au cédrat, va connaître en Corse un essor fulgurant.

A cette époque, seule l’Italie cultivait ce fruit étrange, et c’est à l’occasion d’une maladie ayant détruit ses vergers que la Corse va s’y intéresser, notamment dans la région du Cap, mais aussi en Balagne et dans le golfe de Porto. Porto fut un centre important de production et même d’exportation.

Le journaliste Ardouin-Dumazet, auteur d’un ouvrage intitulé « Voyage en France », cite : « Avant la gelée de 1896 qui a causé de si grands dégâts aux cédratiers, les produits de la seule commune d’Ota étaient évalués à 800 000 francs. La vallée de Porto toute entière a une production de 2 millions de francs. La basse vallée de Porto possède aujourd’hui 4000 pieds de cédratiers. Le port de Porto expédie les cédrats de toute la région vers l’Italie. »

Le cap Corse, plus grand producteur de cédrats

La région la plus productive restera le Cap. Citons encore Ardouin-Dumazet. « Les cap-Corsins ont transformé leur pays, le plus grand producteur de cédrats de toute la Corse. La vallée de Luri, la plus productive. Et en 1896, Bastia, centre de préparation et d’exportation, expédie 1500 tonnes de cédrats. »

Au XIXe siècle, poussées par la misère, de nombreuses familles du Cap Corse émigreront vers Porto Rico. Voilà sans doute pourquoi Porto Rico est, de nos jours, le premier producteur mondial de cédrats.

Voici également un autre fruit emblématique de la Corse, c'est la clémentine.

Réalisateur : Laure Coeroli Fernandez

Nom de l'auteur : Anne-Laure Gérôme

Producteur : France 3 Corse ViaStella

Diffuseur : France 3 Corse ViaStella

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Publié le 23/09/21

Modifié le 23/09/21

Ce contenu est proposé par