Vidéo : Le club Lumni du 10 septembre

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni01:17:53

Le club Lumni du 10 septembre

Le club Lumni

Dans Le Club Lumni, les professeurs et les experts te font découvrir un célèbre président américain qui a prononcé la phrase « Ich bin ein Berliner » et le tableau La Grande Odalisque du peintre Ingres. Ils t’apprennent aussi à donner des ordres en anglais et à reconnaître les déterminants en français.  

 

Français : deviens incollable sur les déterminants !

Un déterminant est un petit mot variable indissociable du groupe nominal de base. Le déterminant est devant ou après un nom. Il s’accorde en genre (masculin ou féminin) et en nombre (pluriel ou singulier) avec le nom qu’il accompagne. Exemple : Ton animateur préféré / Les devoirs. Les déterminants servent à apporter des précisions sur le nom qu’il précède.

 

Il existe 4 catégories de déterminants :

- Les déterminants possessifs : ils expriment la possession. Exemple : mon, ma, mes, ton, ta, tes, son, sa ses, notre, votre, leur, nos, vos, leurs.

- Les déterminants démonstratifs : on les utilise pour évoquer quelqu’un ou quelque chose qu’on a déjà cité précédemment. Exemple : ce, cette, cet, ces → « Ce stylo ».

- Les déterminants exclamatifs : ils sont suivis d’un point exclamatif. Exemple : quel, quelle, quels, quelles. → « Quelle belle trousse ! »

- Les déterminants interrogatifs : ils sont suivis d’un point d’interrogation. Exemple : quel, quelle, quels, quelles. →  « Quelles les couleurs de tes feutres ? »

Histoire : qui a dit « Ich bin ein Berliner » ?

John F. Kennedy est l’un des présidents les plus célèbres de l’histoire des États-Unis. Lorsqu’il est élu en 1960, ce président est jeune, charismatique et populaire. Il arrive au pouvoir en pleine guerre froide. C’est une guerre d’idées qui oppose les États-Unis à l’URSS (actuel Russie). Chaque pays essaie d’imposer son système économique, politique et social aux autres pays du monde. Cette guerre est particulièrement visible en Allemagne. En 1949, le pays est divisé en deux États différents : à l’ouest, une Allemagne sous influence américaine ; à l’est, une Allemagne sous emprise soviétique (russe). Berlin, la capitale allemande, symbolise ce conflit intermédiaire. La ville est elle-aussi coupée en deux.

 

En 1961, les Russes construisent un mur qui sépare Berlin en deux. On l’a appelé le « mur de Berlin ». Il sert à empêcher les habitants de la partie russe de fuir à l’ouest. La raison ? Dans la partie est, les habitants vivent sous une dictature (pas de libertés, pas de partis politiques). Des familles, des amis et des couples sont séparés par ce mur infranchissable, surveillé par des soldats. Plusieurs personnes ont perdu la vie en essayant de le franchir.

 

C’est dans ce contexte que le 26 juin 1963, le président américain John F. Kennedy, visite Berlin. Il fait l’un des discours les plus célèbres de l’histoire. Il s’adresse à une foule de Berlinois et leur répète à plusieurs reprises en allemand « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un Berlinois »). Le président américain voulait montrer ainsi sa solidarité avec les habitants de Berlin. Le mur a été détruit plusieurs années plus tard, en 1989.

Anglais : comment donner des ordres et souhaiter bonne chance ?

Les expressions pour souhaiter bonne chance

Break a leg ! → Bonne chance !

To get hurt → Se blesser

A wound → Une blessure

An Injury → Une blessure

An insult → Une insulte

To hope → Espérer

To wish → Souhaiter

In case you don’t know → Au cas où tu ne le saurais pas

Donner des ordres

Classroom orders (les ordres de la classe) : 

Look ! → Regarde !

Listen ! → Écoute !

Write ! → Écrit !

Read ! → Lis !

Raise your hand ! → Lève la main !

Histoire de l’art : La Grande Odalisque d’Ingres, l’art de la disproportion

Jean-Auguste-Dominique Ingresa peint La Grande Odalisque en 1814. On y voit une femme nue avec un turban sur la tête et un repousse mouche en plumes de Paon dans sa main droite. Il y a un narguilé et un brûle parfum. Tous ces accessoires font référence à un courant artistique qui s’appelle l’« Orientalisme ». C’est une période durant laquelle les peintres du XIXe siècle se passionnent pour l’Orient. Ils réalisent des scènes du Proche-Orient ou de Constantinople. Mais, Jean-Auguste-Dominique Ingres n’est jamais allé en Orient. Son tableau montre donc une vision fantasmée, imaginée et rêvée de la femme d’Orient.

 

Pourquoi « Odalisque » ? C’est un mot turc qui signifie « femme de chambre ». Le tableau a été très critiqué à son époque car Ingres aurait déformé son modèle. Le dos a été allongé de deux ou trois vertèbres selon les experts. Son oreille semble bien trop loin du visage. Son bras trop long. Et elle a une position impossible à réaliser. Ingres a entrepris ces transformations pour embellir son modèle. Il crée un canon de beauté imaginée et fantasmé. Aujourd’hui, cette œuvre est immensément connue, visible au musée du Louvres à Paris.

 

Réalisateur : Anthony Forestier

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 10/09/20

Modifié le 06/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par