Vidéo : Le club Lumni du 18 septembre

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni01:17:28

Le club Lumni du 18 septembre

Le club Lumni

Dans Le Club Lumni, les professeurs et les experts te font découvrir l’histoire du sucre, la paléontologie et une œuvre célèbre de Louise Bourgeois. Ils t’apprennent aussi à faire des phrases exclamatives en anglais.

Histoire : à la découverte du sucre

Jusqu’au Moyen Âge, les Européens ne connaissent pas le sucre. À la place, ils utilisaient le miel. La canne à sucre était originaire de la Nouvelle Guinée, au sud du pacifique, une région totalement des Européens. Ils entrent en contact avec le sucre grâce aux marchands indiens et arabes. À la fin du XIe siècle, les Européens vont cultiver cette plante dans tout le bassin méditerranéen. Mais, le climat n’est pas adapté. Le sucre est donc produit en petite quantité.

 

Le tournant a lieu lors du deuxième voyage deChristophe Colomben Amérique en 1493, au cours duquel il introduit la canne à sucre en Amérique. Le climat d’Amérique centrale et du sud est parfaitement adapté à sa culture. La production de sucre va ainsi beaucoup augmenter. Le sucre va être surtout consommé par la bourgeoisie et l’aristocratie européenne. C’est un signe de raffinement.

 

La culture de la canne à sucre demande beaucoup de mains d’œuvre et c’est un travail très difficile. Ce travail est donc confié à des esclaves. À partir du XVIe, les esclaves sont utilisés dans les plantations aux Amériques. La traite des esclaves existe depuis l’Antiquité. Mais, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, un véritable commerce d’esclaves se met en place. C’est le « commerce triangulaire » : les bateaux, chargés en marchandises, partent des ports des littoraux Atlantique pour les côtes africaines Ouest. Les marchandises y sont échangées contre des prisonniers africains chassés par des chefs de tribus à la demande des Européens. Les prisonniers traversent l’Atlantique dans des conditions abominables. Aux Antilles, les bateaux sont déchargés et les esclaves sont vendus aux enchères. Puis, on remplit le bateau de nouvelles marchandises tropicales comme le chocolat, le café, le tabac et la canne à sucre.

 

Les conditions de vie des esclaves dans les plantations sont dramatiques. De plus, ces êtres humains sont considérés comme des objets appartenant à leur maître. Les relations entre maître et esclaves sont régis par le « Code noir », un texte de lois rédigé à la fin du XVIIe s, par Jean-Baptiste Colbert à la demande de Louis XIV. Au milieu du XVIIIe siècle, les philosophes des Lumières commencent à s’opposer à ce trafic d’êtres humains. Progressivement, on va dénoncer la traite et l’esclavage jusqu’à son abolition définitive en France en 1848. À partir de là, la culture de la canne à sucre devient plus compliquée. En parallèle, on découvre que la betterave peut aussi donner du sucre. Une plante qu’on pouvait cultiver en France et sans esclaves.

 

Finalement, la gourmandise des Européens a été satisfaite en utilisant des esclaves. Cela a entraîné la déportation de 10 millions d’Africains vers l’Amérique et la mort de centaines de milliers d’entre eux.

Sciences : en savoir plus sur les fossiles

Un fossile est une empreinte ou des restes d’êtres vivants qui se sont naturellement conservés dans une roche. Il existe des fossiles avec des empreintes internes et externes, et des fossiles constitués de restes d’êtres vivants (dents, os, etc.). C’est de cette manière qu’on a trouvé des squelettes de dinosaures. Ce sont des restes entiers qui ont été transformés en roches.

 

L’étude des fossiles s’appelle la paléontologie. Ce domaine est très important car en comparant les espèces fossiles aux espèces actuelles, on connaît mieux leurs relations de parenté. Étudier des fossiles permet aussi de reconstituer des paléoenvironnements. Par exemple : un fossile de mollusque qui date de 180 millions d’années, a été retrouvé dans le Poitou. Or, le mollusque est une espèce qui vit dans les océans. Cette découverte signifie donc que le Poitou à cette époque était sous l’eau. On a donc reconstitué un paléoenvironnement. Ainsi, la paléontologie permet de mieux connaître l’histoire de la vie sur Terre et donc de mieux protéger les espèces actuelles.

Anglais : les formes exclamatives, se tromper et être ridicule

Se tromper et être ridicule

To be left with eggs on one’s face  paraître ridicule

Breakfast is ready  le petit-déjeuner est prêt

Don’t forget the cup of tea → n’oublie pas la tasse de thé

To feel humiliated and ashamed → se sentir humilié(e) et honteux(se)

To look stupid and ridiculous → avoir l’air stupide et ridicule

A failure → un échec

A mistake → une erreur

To mess something up → gâcher quelque chose

Les formes exclamatives

On part d’un adjectif et on rajoute devant un intensifieur : « so » ou « how ». Et on met l’intonation pour intensifier avec la voix.

Exemple :

Stupid (stupide) → so stupid

                               → how stupid

 

Il y a une subtilité entre « So » et « How ». « So » a le sens de « tellement », « how » on remet légèrement en question.

Histoire de l’art : l’immense araignée de Louise Bourgeois

Louise Bourgeois (1911-2010) a réalisé Maman en 1999, à l’âge de 88 ans. Elle représente une grande araignée. C’est une sculpture d’acier inoxydable et du bronze. Ces deux matériaux résistent aux intempéries. Ils vont permettre à l’œuvre d’être installé à la fois à l’intérieur du musée et à l’extérieur du musée.

 

Louise Bourgeois est une artiste française majeure du XXe siècle. Elle est très célèbre pour ses sculptures. Ses thèmes de prédilections sont l’enfance, la maternité et la famille. Elle a appelé sa sculpture « Maman » en hommage à sa mère, Joséphine Bourgeois, autrefois tisseuse à Paris. L’araignée est elle aussi une très bonne tisseuse car elle réalise de belles toiles… Sa mère est décédée quand elle avait 21 ans. Cet événement a été un grand traumatisme pour Louise. Maman est donc une œuvre autobiographique, c’est-à-dire qui parle de sa vie. De plus, sous la sculpture, on observe des 26 œufs d’araignées fabriqués en marbre accroché à l’abdomen de l’araignée. Cette araignée est donc une future maman.

 

 

Réalisateur : Anthony Forestier / Didier Fraisse

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 18/09/20

Modifié le 06/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par