Vidéo : Le club Lumni du 3 septembre

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni01:18:20

Le club Lumni du 3 septembre

Le club Lumni

Dans Le Club Lumni, les professeurs et les experts te font découvrir l’histoire d’un des plats préférés des enfants et des adultes. Ils t’apprennent aussi à dire l’heure en anglais, à comprendre le langage du chat et à peindre comme un célèbre artiste américain.

 

Histoire du hamburger

Un sandwich de Hambourg

Le hamburger est allemand. Il est originaire de la ville de Hambourg dans le nord de l’Allemagne. Hamburger désigne en allemand un habitant de Hambourg. Au XIXe siècle, lors de la révolution industrielle, le hamburger est proposé dans les cantines ouvrières de Hambourg. C’est un plat très nourrissant, pas cher et adapté aux ouvriers qui ont des journées de travail longues et difficiles.

Son arrivée aux États-Unis

Au XIXe siècle, les États-Unis connaissent un développement économique très fort. Ils ont besoin de main-d’œuvres et la population américaines n’est pas assez nombreuses. Alors, on fait venir des travailleurs du monde entier, notamment des Européens. Parmi eux, des Allemands de Hambourg. C’est ainsi que le hamburger est arrivé aux États-Unis. Au départ, il est vendu par des marchands ambulants dans la rue. Puis, au XXe siècle, les premières chaînes de restauration rapide s’ouvrent. C’est un succès. À partir des années 1950, le hamburger devient un des symboles de la culture américaine.

Animaux : interpréter les messages des chats

Pour comprendre le chat, il faut observer ses oreilles, ses yeux et ses postures.

Les oreilles : quand le chat a les oreilles droites, c’est une position neutre, c’est-à-dire que tout va bien. Lorsqu’il a les oreilles dressées en avant, le chat est intrigué par quelque chose ou quelqu’un. Les oreilles penchées sur les côtés veulent dire qu’il est énervé. Quand ses oreilles sont couchées en arrière, le chat a peur. Il sent une agression et va attaquer.

 

Les yeux : quand la pupille est dilatée, le chat est soit excité, soit apeuré. Soit il veut jouer ou soit il veut t’attaquer. Quand l’iris est droite (fente verticale), le chat est zen. S’il ferme ses paupières à moitié, le chat est heureux.

 

Les postures : quand le chat veut dire bonjour, il vient vers toi avec la queue droite en i ou en point d’interrogation. Il ronronne et il veut être caresser. Lorsque sa queue bat nerveusement, l’animal est agacé et il ne faut pas le toucher. Quand le chat fait le gros dos, avec les poils et la queue hérissés, le chat protège son territoire. Il ne faut pas s’en approcher. Enfin, un chat recroquevillé sur lui-même, la queue contre le corps, signifie qu’il a peur.

Anglais : l’heure

être en avance ou en retard

The early bird catches the worm : l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

A worm : un verre de terre

To meet someone : avoir un rendez-vous avec quelqu’un

A rendez-vous : un rendez-vous amoureux

To be early : être en avance

To be on time : être à l’heure

To be late : être en retard

L’heure

En France, on utilise 24h. En anglais, on utilise deux fois 12h. Pour distinguer les 12h du matin, on utilise les deux lettres « a.m », du latin « ante meridiem » qui signifie « avant midi ». Pour les 12h de l’après-midi, on utilise les deux autres lettres « p.m », du latin « post meridiem »,, c’est-à-dire « après midi ».

 

Pour dire l’heure, il faut donc savoir compter jusqu’à 12.

1 → one

2 → two
3 → three

4 → four

5 → five

6 → six

7 → seven

8 → eight

9 → nine

10 → ten

11 → eleven

12 → twelve

La question pour dire l’heure : What time is it ?

Réponse : It’s 5 p.m.

Historie de l’art : peindre comme Jackson Pollock

Jackson Pollock (1912-1956) a réalisé des œuvres performatives où le corps est en jeu. L’artiste a réalisé des peintures abstraites. Cela signifie qu’il n’y a rien de reconnaissable : ni maison, ni visage, ni animaux, ni objets.

 

Jackson Pollock fait partie de l’expressionnisme abstrait. C’est le premier courant artistique qui apparaît la Seconde Guerre mondiale. C’est une période durant laquelle les artistes prennent tous ce qu’ils ont à l’intérieur d’eux -mêmes (émotions, sentiments, etc.) et les placent sur la toile.

 

Dans son œuvre N°5 réalisé en 1948, Jackson Pollock utilise la technique du « dripping » (égouttage). Pour peindre, il plaçait ses toiles au sol. Puis, il trempait ses pinceaux dans des peintures industriels et il les faisait gicler sur la toile. Ses toiles étaient entièrement recouvertes de peinture. On appelle cela des peintures « all-over ».

 

 

Réalisateur : Anthony Forestier

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 03/09/20

Modifié le 03/09/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par