Vidéo : Le club Lumni du 5 octobre

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni01:19:14

Le club Lumni du 5 octobre

Le club Lumni

Dans Le Club Lumni, les professeurs et les experts te font découvrir les nombres premiers et un artiste extravagant du Surréalisme. Mais aussi, ils t’apprennent à utiliser en anglais le mot « can » et t’expliquent les raisons pour lesquelles les champs lexicaux sont importants en français.

Français : qu’est-ce qu’un champ lexical ? 

Le champ lexical sert dans les productions d’écrits et dans la compréhension de texte, dans toutes les matières : français, histoire, SVT, etc. Un champ lexical est un ensemble de mots qui se rattache à un même sujet, un même thème ou une même idée. Si on a beaucoup de vocabulaire, on a des rédactions plus longues et plus enrichies.

Exemple : le champ lexical de la musique. 

Il peut regrouper : 

- des noms communs : un musicien, une flûte, une mélodie, etc. 

- des noms propres : Mozart, Beethoven, Bach, etc.

- des verbes : écouter, chanter, jouer, etc.

- des adverbes : musicalement, vocalement, etc.

Dans ce domaine, le dictionnaire est très utile. En effet, dans les définitions, on a des renvois vers d’autres mots qui peuvent appartenir à un même champ lexical.

 

Dans un même champ lexical, on peut retrouver des synonymes et des mots de même famille.

Exemple : 

Une mélodie / Un air = synonyme

Chant, chanson et chanter : mots de la même famille.

 

Il existe des mots qui appartiennent à plusieurs champs lexicaux. 

Exemple : le mot « œuf appartient au champ lexical des oiseaux, de la cuisine ou encore de la ferme.

 

Attention : des mots de la même famille n’appartiennent pas forcément au même champ lexical.

Exemple :

« Vague » = champ lexical de la mer et de l’océan.

Verbe « divaguer » = champ lexical du rêve.

Maths : à quoi servent les nombres premiers ?

Les nombres premiers sont des nombres divisibles que par 1 ou par eux-mêmes.

Exemple : 

5 est un nombre premier car : 

5 : 1 = 5

5 : 5 = 1

Il n’y a pas d’autres diviseurs qui fonctionnent.

Attention : 1 n’est pas un nombre premier car il a qu’un seul diviseur : 1.

 

2 est le premier nombre premier. Il est divisible par 1 car 2 : 1 = 2 et il est divisible par lui-même car 2 : 2 = 1. Deux est aussi le seul nombre premier pair car tous ses multiples ne sont pas des nombres premiers. 

Exemple : 4 est divisible par 1, par 2 et par 4. 

 

Donc, quand on connaît un nombre premier, on supprime tous ses multiples. 

Exemple : 3 est un nombre premier car 3 : 1 = 3 et 3 : 3 = 1. Ses multiples comme 9 ne sont donc pas des nombres premiers car 9 est divisible par 1, par 3 et par 9. Ainsi, on a 25 nombres premiers jusqu’à 100 : 2, 3, 5, 7, etc. 

 

Cette astuce permettant de faire une liste des nombres premiers plus facilement s’appelle le « crible d’Érastosthène », du nom d’un savant grec du IIIème siècle avant J.-C., connu pour avoir mesuré de manière précise la circonférence de la Terre.

 

En maths, les nombres entiers sont très importants. En effet, si on prend un nombre entier quelconque, on peut le décomposer en multiplication de nombres premiers. 

Exemple :   609 = 3 x 7 x 29.  3, 7 et 29 sont des nombres premiers. 

Les nombres premiers sont capables de diviser n’importe quel nombre entier. 

 

Depuis la deuxième moitié du XXème siècle, on utilise les nombres premiers dans le domaine de la cryptographie, l’art de pouvoir coder des messages (envoie de mail, transaction avec la carte bleue, etc.). La clé de cryptage utilise les nombres premiers : plus la taille du nombre premier utilisée est grand, plus il est difficile de décoder le code. Donc, les grands nombres premiers sont importants car ils garantissent la sécurité de nos informations et de nos données, notamment sur les réseaux sociaux. 

Anglais : les couleurs et l’utilisation de « can »

Les couleurs

A horse of a different color → Ce sont deux choses très différentes.

White → Blanc

Black → Noir

Brown → Marron

Grey → Gris

Beige → Beige

Yellow → Jaune

Red → Rouge

Blue → Bleu

Green → Vert

Orange → Orange

Purple → Violet

Pink → Rose

Multicolored → Multicolore

A unicorn → Une licorne

Utiliser « can » pour le pouvoir

« Can » exprime la permission. Il permet aussi d’exprimer la capacité ou le pouvoir : 

- « can » + verbe sert à dire : « je peux le faire ».

- « can’t » + verbe sert à dire : « je ne sais pas le faire ». 

 

Exemple : 

I can play the guitare → je peux jouer / je sais jouer de la guitare.

I can’t play the guitare → je ne peux pas / je ne sais pas jouer de la guitare.

Histoire de l’art : Salvador Dali, un génie extravagant

L’artiste espagnol Salvador Dali (1904-1989) a réalisé La Persistance de la mémoire en 1931. On y voit un décor désertique avec des montres molles. Salvador Dali nous emmène dans un rêve avec un paysage onirique. Les montres ramollies ont été inspirées à la fin d’un dîner lorsque le camembert coulait dans les assiettes. 

 

À gauche, on remarque des fourmis sur une montre à gousset. Les fourmis symbolisent le temps qui passe, l’éphémère, voire la mort. Dans cette œuvre, les seules choses réelles sont les montagnes et les étendues d’eau de la côte catalane. C’est donc un paysage réel avec regroupements d’objets surréels et imaginaires.

 

Salvador Dali est un artiste surréaliste. Il s’est beaucoup inspiré des rêves et de la psychanalyse. Né en Espagne, il s’est installé à Paris où il a rencontré des artistes surréalistes. Le mouvements surréaliste apparaît après la Première Guerre mondiale. Cette guerre a engendré beaucoup de morts. Les artistes surréalistes ont préféré s’intéresser non pas au réel très dur à l’époque, mais à leur imaginaire. Les œuvres surréalistes représentent des univers semblables à des rêves : marcher sur des nuages, être dans un désert, etc.  

 

Réalisateur : Anthony Forestier / Didier Fraisse

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 05/10/20

Modifié le 06/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par