Vidéo : Le club Lumni du 7 octobre

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni01:17:34

Le club Lumni du 7 octobre

Le club Lumni

Dans Le Club Lumni, les professeurs et les experts te font découvrir l’histoire d’un plat espagnol très connu dans le monde et une série de quatre tableaux mélangeant un personnage à des fruits et légumes. Mais aussi, ils t’apprennent des verbes d’action en anglais et le super-pouvoir des pollinisateurs en sciences.

 

Histoire : les origines de la paëlla

La paëlla est un plat emblématique de la gastronomie espagnole à l’étranger. Elle est originaire de la région de Valence, située sur la côte méditerranéenne. La paëlla doit son nom à la grande poêle dans laquelle on la cuisine. Les premières traces de paëlla se situent au XVIème siècle. Il s’agissait d’un plat mangé en plein air par les paysans valenciens. Ce plat était composé de produits locaux.

 

L’ingrédient principal de la paëlla est le riz. C’est un aliment nourrissant et bon marché. Le riz est arrivé en Espagne au VIIIème siècle, au moment de la conquête arabe. La culture du riz (riziculture) s’est installée dans la région de Valence car la zone est une grande étendue humide et chaude appelée l’Albufera. Ce riz cuit dans un bouillon au safran. Le safran est une épice provenant des pistils de la plante le crocus. Le safran donne la couleur jaune et un parfum particulier au riz. Puis, on met de l’huile d’olive, des morceaux de lapin et de poulet. On ajoute des haricots plats verts, des gros haricots blancs et parfois des petits escargots.

 

Tous ces ingrédients se trouvent dans la Huerta, les champs de la région valencienne. Dans la paëlla traditionnelle, il n’y a donc pas de chorizo, de crevettes et de moules. Ce plat était cuit en plein air au feu de bois d’oranger, un arbre très présent dans la région. Puis, on le mange tous ensemble à même la poêle.

 

À retenir : la gastronomie repose sur des traditions culinaires qui prennent racine dans un contexte historique et géographique. On appelle cela un terroir. On peut faire évoluer et moderniser ces plats. Mais, il ne faut pas perdre l’esprit de cette tradition culinaire car elle peut disparaître. En effet, pour les habitants de Valence d’aujourd’hui, la paëlla avec des moules et des crevettes n’est pas une paëlla.

Sciences : le super-pouvoir des pollinisateurs

Les abeilles et certains insectes et animaux, ont un super-pouvoir : la pollinisation. La pollinisation est très importante pour la biodiversité et pour la planète.

 

En effet, une abeille butineuse visite des fleurs pour rechercher de la nourriture. L’abeille a une trompe dans laquelle coulisse une longue langue. Elle lui permet de prélever de la nourriture. Parmi la nourriture dont elle raffole, on trouve le nectar. C’est un sirop sucré situé à la base de certaines fleurs. Sur la fleur, on trouve le pollen. Ce sont des petits grains invisibles à l’œil nu, produits par les étamines de la fleur. Au milieu du pollen, on a le pistil de la fleur.

 

Quand l’abeille vient prélever du nectar dans la fleur, elle prend involontairement avec elle du pollen sur la première fleur. Puis, quand elle part sur une deuxième fleur prélever du nectar, elle dépose involontairement du pollen qu’elle a prélevé sur la première fleur. L’abeille transporte donc du pollen de fleur en fleur. C’est la pollinisation. Du pollen entre en contact avec le pistil d’une autre fleur. Le pollen contient les cellules reproductrices mâles de la plante. Le pistil contient les cellules reproductrices femelles de la plante. Quand elles sont en contact, ces cellules se fusionnent. C’est la fécondation. À ce moment-là, la fleur se transforme en fruit contenant des graines qui peuvent donner de nouvelles plantes.

 

Ainsi, les insectes et animaux pollinisateurs participent à la reproduction des plantes. Donc, la disparition des abeilles aura des conséquences sur toute la chaîne alimentaire.

Anglais : bonbons, sucreries et les verbes d’action

Bonbons et sucreries

To have a sweet tooth → Aimer les sucreries

A meal → Un repas

Breakfast → Le petit déjeuner

Lunch → Le repas de midi

Dinner → Le repas du soir

A pastry → Une pâtisserie

Candies → Des bonbons

A lollipop → Une sucette

Honey → Le miel

Jam → La confiture

Les verbes d’action

To clap → Applaudir

To stomp your feet → Frapper des pieds

To touch the sky → Toucher le ciel

To jump for joy → Sauter de joie

To spin around → Tourner sur soi-même

Histoire de l’art : Les Quatre Saisons de Giuseppe Arcimboldo

L’artiste italien Giuseppe Arcimboldo a réalisé en 1563 une série de quatre portraits intitulée Les Quatre Saisons.

 

Le portrait intitulé L’Hiver a le moins de couleur. Le portrait mélange un personnage et un arbre. Il est composé d’une tête avec une racine gigantesque. Il a un nez crochu qui part vers le bas. Le personnage vieux et en fin de vie. La seule touche de couleur est une branche des fruits d’hiver (un citron et une orange) qui part de son cou. Le personnage regarde le personnage représentant le printemps.

 

Le portrait Le Printemps regarde L’Hiver. La toile est composée de fleurs. Cela symbolise le renouveau et une saison nouvelle. Le personnage est un jeune homme souriant. Puis, on a le personnage de L’Été. On y voit beaucoup de fruits et de légumes : des cerises, une courgette, du blé, etc. Le peintre a posé sa signature (col) que sur cette toile de L’Été. Et l’épaule de L’Été, il a écrit 1573. C’est la date à laquelle il a réalisé ce tableau. Enfin, le tableau L’Automne représente un personnage composé de courges et de raisins. Le col est une barrique en bois car l’automne est la saison des vendanges. Le personnage a l’air moins jeune.

 

L’artiste a voulu donner l’idée d’un personnage qui vieillit. Le Printemps représente la jeunesse. Il vieillit ensuite pour devenir un vieillard avec le tableau L’Hiver. Lorsque ces quatre tableaux sont exposés, ils semblent communiquer entre eux.

 

Giuseppe Arcimboldo était le peintre officiel des Habsbourg à Vienne en Autriche. C’est une famille très riche et qui a beaucoup de pouvoirs. Giuseppe Arcimboldo a réalisé sa série de peinture Les Quatre Saisons à Vienne. À la mort du peintre, cette série tombe dans l’oubli, c’est-à-dire qu’on s’y intéresse moins. À partir du XXème siècle, les peintures d’Arcimboldo ressurgissent grâce au peintre surréaliste Salvador Dali. En effet, Les Quatre Saisons est une série de peintures inédite pour son époque.

 

 

 

 

Réalisateur : Anthony Forestier / Didier Fraisse

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 08/10/20

Modifié le 08/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par