Vidéo : Le Portugal, champion européen des énergies renouvelables

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Médias Monde
Spécialités06:04

Le Portugal, champion européen des énergies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables et des technologies propres

Le Portugal est le champion européen des énergies renouvelables. En mars 2018, le pays a connu une production d’électricité d’origine solaire et éolienne exceptionnelle. Mais aujourd'hui, faute d'une interconnectivité suffisante, le courant passe encore mal entre le Portugal et le reste de l'Europe. Un reportage de Marie Line Darcy.

Investissements dans le renouvelable : un plan ambitieux du gouvernement

Les turbines du barrage de Castelo do Bode, dans le centre du Portugal, tournent à plein régime. Un printemps particulièrement humide et venteux a dopé la production d’énergies renouvelables. Barrages et centrales éoliennes ont doublé leur capacité de production. C’est le résultat d’une conjoncture favorable mais aussi d’investissements importants.

Le responsable d’EDP, le producteur public d’électricité portugais, rappelle le contexte : « Dans les années 2000, le Portugal s’est donné les moyens d’investir dans le renouvelable. Les appels d’offres lancés à l’époque pour mettre les agents en concurrence les ont incités à développer la capacité de production. Cette politique a aussi permis de développer des usines, de construire des éoliennes et de développer des parcs éoliens. Par ailleurs, le gouvernement nous a autorisés, nous EDP, à investir 2 milliards d’euros dans l’hydraulique. Un plan ambitieux de 2 200 mégawatts supplémentaires pour construire de nouveaux barrages ou développer ceux existant déjà. »

Une stratégie centrée sur l’hydraulique et l’éolien…

En mars, le Portugal a produit plus d’électricité que nécessaire à la consommation intérieure. Le surplus de 7 % a été vendu à l’Espagne grâce à la libéralisation du marché.

« Nous sommes reliés à l’Espagne et à la France, ce qui permet, par exemple, quand il y a du vent au Portugal, de produire chez nous. S’il n’y en a pas mais que ça souffle en Espagne ou en France, alors, on peut en profiter. Cette connectivité est nécessaire. Mais nous devons garantir qu’ici, au Portugal, on aura toujours des centrales thermiques au gaz, pour garantir une production minimum et permettre de fournir la population. »

Le courant passe donc plutôt bien entre le Portugal et l’Espagne. En revanche, la connectivité n’est pas complète entre l’Espagne et la France, donc le reste de l’Europe. Le Portugal, situé à l’extrême ouest du continent, a besoin de raccordements électriques.

… au détriment de la production d’énergie solaire

Si, au Portugal, l’hydraulique et l’éolien totalisent plus de la moitié de l’énergie renouvelable produite, l’énergie solaire ne représente en revanche que 2 %, un comble dans un pays où le soleil est généreux. Là encore, c’est une question d’option stratégique.

Le PDG de la société Open Renovables, qui fabrique des panneaux solaires et des composants électriques à Evora, explique : « Ce n’est pas qu’une question politique. C’est aussi une question de lobby. On ne doit pas oublier qu’en Europe, l’industrie des énergies fossiles reste très puissante. Elle ne voit pas d’un bon œil l’investissement dans le renouvelable. Qui aurait cru que les coûts de production de l’électricité solaire baisseraient autant, à 2 ou 3 centimes le kilowatt aujourd’hui ? C’est intéressant d’observer que les lobbies de l’électricité traditionnelle qui ont lutté férocement contre le développement des centrales photovoltaïques et éoliennes en sont désormais les promoteurs. »

Un fort besoin de diversifier les marchés

La concurrence des panneaux solaires chinois, très bon marché, complique également la tâche des fabricants portugais. Le PDG de Open Renovables, 3e génération à la tête de l’entreprise familiale, mise sur la diversification des marchés, notamment dans les pays de langue portugaise.

« Au Cap-Vert, on a d’abord commencé par un réseau d’installateurs et à former les gens. Il n’y avait aucun savoir-faire dans ce pays. On a alors emmené nos cadres très qualifiés sur place. On a ensuite contribué à l’installation des premiers panneaux fabriqués ici, en Alentejo, et aujourd’hui, nous sommes fiers de savoir que des personnes vivent mieux là-bas grâce à l’électricité photovoltaïque. »

Coopernic : un modèle de production en coopérative

Pendant un temps, le gouvernement portugais a choisi de subventionner l’énergie solaire produite par les particuliers. Si ce n’est plus le cas aujourd’hui, des expériences intéressantes voient le jour, comme Coopernic, une coopérative qui installe des panneaux solaires sur des bâtiments à caractère social ou éducatif, crèche, foyer ou école.

Ana Rita Antunes, l’une des responsables, explique le fonctionnement de la coopérative : « Notre système repose sur la location du toit de la crèche à qui nous payons un loyer annuel. Ce loyer est indexé sur le montant de la facture d’électricité que la crèche continue de payer. L’électricité produite ici est totalement injectée dans le réseau. Au bout de 15 ans, nous remettons la centrale à l’entité caritative qui peut alors l’utiliser pour sa propre consommation. »

Avec bientôt 1 000 membres et bientôt 800 000 euros investis, la première coopérative d’énergies renouvelables portugaise se taille un grand succès. Ana Rita Antunes regrette le manque de souplesse pour encourager la production d’énergie solaire par les particuliers.

« Nous avons retenu ce modèle coopératif car les institutions caritatives ont rarement de l’argent pour investir et, surtout, elles ont des difficultés à se financer auprès de banques qui pratiquent des taux trop élevés. Nous, comme coopérative du secteur tertiaire, nous trouvons normal d’établir des partenariats avec d’autres entités du tertiaire. Coopernic a actuellement 14 centrales photovoltaïques. Les membres de la coopérative prêtent de l’argent sur 12 ans. Nous rendons une partie du capital et versons les intérêts annuels. »

Le solaire domestique n’est donc plus subventionné et reste peu rentable. La législation devrait être revue selon les spécialistes du secteur. La production photovoltaïque doit augmenter si le Portugal veut atteindre les objectifs de la commission européenne à l’horizon 2040, soit 70 % de l’énergie électrique en renouvelable. »

 

© Daniel Rodrigues/Bloomberg via Getty Images

Nom de l'auteur : Laurent Berthault

Producteur : Accents d'Europe / RFI

Année de copyright : 2018

Publié le 15/11/19

Modifié le 01/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par