Le salafisme

Revenantes, récits de femmes, paroles d'experts
Publié le 16/01/18Modifié le 14/11/19

Sur le même sujet

Salafisme et Djihadisme   

Nicolas Hénin, directeur de l'Institut Action Résilience et ex otage de Daech, explique  : l’immense majorité des salafistes ne prônent pas la violence. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas en rupture par rapport à nos normes sociales françaises occidentales du 21ème siècle. Mais on trouve aussi, parmi ces salafistes, les djihadistes. Depuis la création d’Al-Qaïda en Afghanistan, pratiquement tous les salafistes se revendiquent du Salafisme. Les djihadistes détestent d’une façon générale les Frères Musulmans et même les autres salafistes, ceux qui refusent le Djihâd, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas une certaine porosité, qu’il n’y a pas des passerelles entre les différents mouvements. 

Rachid Benzine, islamologue explique : Le Salafisme actuel dans sa prétention à revenir à l’origine en vérité ne revient jamais à l’origine, au mieux il revient au 9ème siècle. Pourquoi ? Parce qu’il n’a pas accès à l’origine et personne n’a accès à l’origine parce que si on veut aller à l’origine, nous n’avons pas de documents historiques, nous n’avons pas d’archives, nous n’avons absolument rien mis à part le Coran. Tout ce que nous avons ce sont les écrits de la tradition islamique qui s’élaborent deux siècles plus tard et qui nous donnent une représentation magnifiée, sacralisante de la première période. Si vous effacez la chronologie comme le font la plupart des salafistes, il n’y a plus d’Histoire, il n’y a que de l’idéologie. 

Réalisateur : Marion Stalens

Nom de l'auteur : Marion Stalens

Producteur : Cinétévé

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :