Les aires urbaines, une nouvelle géographie d'une France mondialisée

Géographie 3ème

Publié le 17/06/19Modifié le 12/11/19

Sur le même sujet

Comment ont évolué les aires urbaines en France ?

La France est un pays riche, développé. Comme tous les pays très développés, elle connaît un fort taux de population urbaine. Effectivement, la France est urbanisée à plus de 80 %, c'est-à-dire que 80 % de la population française vit dans une aire urbaine. Aujourd'hui, on ne parle plus tellement de ville de campagne. On parle d'« aire urbaine ».

Qu'est-ce qu'une aire urbaine ?

C'est un ensemble qui est formé par ce qu'on appelle la « ville centre », laquelle est entourée de ses banlieues. Une ville centre et sa banlieue forment une agglomération urbaine. Au-delà, on a de nouveaux territoires qu'on appelle « les couronnes périurbaines » qui sont en fait des territoires dont on ne sait plus trop si c'est de la ville ou si c'est de la campagne. Mais on considère que, aujourd'hui, les couronnes périurbaines font partie des aires urbaines.

Qu'est ce qu'une métropole ?

La France a un certain nombre de grandes villes qu'on appelle des « métropoles ». Une métropole est une ville forcément peuplé. En France, l'agglomération d'une métropole peut atteindre 10 millions d'habitants. C'est le cas de Paris, mais il s'agit surtout une ville qui dispose de fonctions de commandement, c'est-à-dire qu'on y trouve des services de pointe, des universités, le pouvoir politique, les sièges sociaux des grandes entreprises. L'image qu'il faut retenir est celle d'un aimant : une métropole, c'est comme un aimant qui attire les activités et la population. C'est pourquoi on peut parler de métropolisation. Aujourd'hui, la croissance urbaine en France se fait en faveur des métropoles au détriment des villes secondaires, des villes moyennes qui ont plutôt tendance à perdre des habitants.

Un réseau urbain encore centralisé

Le réseau urbain de la France est particulier : le poids de Paris est très important. C'est une vieille tradition politique qui fait que l'essentiel des pouvoirs, tous les pouvoirs politiques par exemple, sont concentrés à Paris, comme plus de la moitié des journalistes en activité, les grands établissements d'enseignement supérieur... On trouve aussi dans le quartier de La Défense les sièges sociaux des plus grandes entreprises françaises.

Après la Seconde Guerre mondiale, on a essayé d'atténuer un petit peu le cas de Paris et on a créé des métropoles d'équilibre qui sont des villes éloignées de Paris. Toulouse, Marseille ou Strasbourg devaient, par exemple, un peu contrebalancer l'importance de Paris. À partir de 1982, on est entré dans une politique de décentralisation, mais aujourd'hui, dans une compétition mondiale entre les plus grandes métropoles du monde qu'on appelle d'ailleurs les « villes monde », on aurait plutôt tendance à renforcer le poids de Paris pour en faire une métropole de rang international.

Les migrations

Cet étalement spatial des aires urbaines provoque des migrations : on peut très bien travailler dans une ville centre et habiter dans la couronne périurbaine. On appelle « migrations pendulaires » ces trajets que font quotidiennement les actifs qui vont travailler dans la ville centre ou dans sa banlieue et qui, le soir, retourne dans la couronne périurbaine où ils résident. Ces migrations pendulaires ont des enjeux d'aménagement du réseau de transport : il faut que ce soit fluide. Il y a aussi des enjeux environnementaux parce que les transports peuvent provoquer des nuisances, en particulier la pollution avec les émissions de CO2. L'étalement urbain nous conduit à prendre en compte la question du développement durable, comme c'est le cas pour pratiquement toutes les questions de géographie. 


En résumé, la distinction entre ville et campagne est en train de s'atténuer. On dit aujourd'hui que les espaces ruraux en France sont sous l'influence des espaces urbains, notamment des grandes métropoles qu'on trouve sur l'ensemble du territoire français au début du XXe siècle. Paris était la deuxième ville du monde par sa population, la première était Londres. Aujourd'hui, Paris a reculé dans le classement. Ce n'est plus que la 27e agglomération mondiale. Ce sont les villes des pays en développement du Sud qui se sont le plus fortement accrues. Aujourd'hui, la première métropole mondiale est Tokyo qui compte plus de 30 millions d'habitants, c'est-à-dire la moitié de la population de la France.

Réalisateur : Les Bons Profs

Producteur : Les Bons Profs

Année de copyright : 2016

Année de production : 2016

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :