Vidéo : Les cahiers de vacances Lumni du 21 août

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni49:52

Les cahiers de vacances Lumni du 21 août

Les cahiers de vacances Lumni

Dans Les cahiers de vacances, on s’intéresse aujourd'hui au thème du fantôme : Quel pays est peuplé de légendes de fantômes ? Comment expliquer scientifiquement la vision de fantôme ? Quels sont les célèbres fantômes de la littérature ? Qu’est-ce qu’une lettre fantôme ? Enfin, quelle peinture du XIXe siècle représente la dame blanche ?

Réponses de nos professeurs et de nos experts.

Histoire : l’Écosse et ses fantômes légendaires

En Écosse, il existe beaucoup de légendes autour de fantômes. Parmi elles, la dame verte. La reine Victoria (règne : 1837 à 1901) et d’autres personnes l’auraient aperçu en château de Crathes. Il s’agirait d’une servante chassée des lieux qui revient hanter les pièces du château.

 

Il y a le fantôme de Lady Glamis. Au XVIe siècle, elle aurait été prisonnière dans sa chambre au château de Glamis, pendant très longtemps. Dans la chapelle du château, la 46ème chaise lui est réservé. Quand on s’y assoie, on sentirait un vent glacial sous les pieds.

 

En 1650, Oliver Cromwell qui dirige alors l’Angleterre, part à la conquête de l’Écosse. À la veille d’une bataille, les habitants d’Édimbourg auraient vu un jeune tambour sans tête qui aurait joué l’alerte sur les remparts du château. Depuis, on pense que l’apparition de tambour sur les remparts prédit une catastrophe en Écosse.

 

Ces fantômes n’existent pas. Ils font partie du folklore écossais. En réalité, lorsqu’on est dans un état d’endormissement et qu’on nous a parlé de ces histoires de fantômes avant, il est possible d’avoir des visions qui viennent de notre subconscient. Les fantômes sont dans la tête.

Sciences : comment expliquer les visions de fantômes ?

En général, ces visions fantomatiques ont lieu dans de vieilles maisons parfois abandonnées où il y a très souvent des moisissures. Ce sont des champignons microscopiques. Ces champignons seraient à l’origine d’hallucinations, c’est-à-dire de la perception d’objets qui n’existent pas.

 

En effet, la perception des objets de notre environnement est permise grâce aux organes des sens, notamment nos yeux. Un message prend naissance au niveau des yeux, il est transmis au cerveau. Celui-ci fait l’analyse du message et interprète les éléments de l’environnement. Ensuite, ce message nerveux est véhiculé par des neurones. Les neurones ont des longs prolongements qu’on appelle des axones. Le message qui circule le long de l’axone est un message électrique. Au niveau de la transmission vers un second neurone (synapse), le message n’est plus électrique. Des petites bulles qui contiennent des neurotransmetteurs prennent le relais. Ils transfèrent l’information en se fixant sur le récepteur d’un second neurone.

 

Que se passe-t-il quand on est en présence d champignons hallucinogènes ? Prenons l’exemple du champignon l’ergot de seigle qui se développe dans des endroits humides et sombres. L’ergot de seigle fabrique une molécule qu’on appelle l’acide lisergique. Cette molécule ressemble tellement à la molécule d’un neurotransmetteur qu’elle se fixe sur les récepteurs à la place des neurotransmetteurs. Le message véhiculé par les neurones est alors un message déconnecté de la réalité, d’où des hallucinations.

Français : les lettres fantômes

Le fantôme est un personnage pivot des récits fantastiques. Dans l’Odyssée d’Homère, Ulysse parle avec le fantôme de sa mère qui lui donne des nouvelles de Pénélope et de Télémaque. Le dramaturge anglais Shakespeare offre avec Hamlet, Macbeth et Richard III, une revanche aux fantômes des morts assassinés qui viennent se venger de leur bourreau. Il existe aussi des fantômes attachants en littérature. C’est le cas de Casper, le gentil fantôme d’un petit garçon souvent triste et incapable de se faire des amis.

 

Dans notre langue, il existe aussi des fantômes. Il s’agit des lettres fantômes ou des lettres muettes. Elles sont visibles mais on ne les entend pas. Elles sont souvent l’héritage d’une évolution historique du mot. Elles sont sources d’erreurs à l’écrit. Exemple : champ ; dos ; roux ; refus… En effet, les consonnes finales sont muettes en français, sauf pour le « l », le « c », le « f » et le « r ». Exemple : bal ; bec ; chef ; mer. Mais, il y a un cas particulier avec le chiffre « sept » dont on prononce le « t » final et non pas le « p ».

 

Enfin, le « e » muet final dépend des accents régionaux. Exemple : un parisien prononcera « cigale » sans le « e », tandis qu’une personne du sud de la France le prononcera en accentuant sur le « e ». Mais, la lettre fantôme correspond aussi à une contrainte littéraire héritée d’une figure de style que l’on nomme le « lipogramme ». Il consiste à supprimer volontairement une lettre d’un texte. L’écrivain Georges Perec a ainsi rédigé le livre « La disparition », un roman de 300 pages sans la lettre « e ».

Histoire de l’art : la dame blanche en peinture

Gabriel von Max (1840-1915) a peint La Femme en blanc en 1900. Il y représente l’histoire de la dame blanche. La dame blanche est apparue en Europe et aux États-Unis. Elle est à la fois, fée et sorcière. Mais, elle est surtout annonciatrice de message. D’ailleurs plusieurs aristocrates du XIXe siècle l’aurait aperçu. C’est le cas Sissi l’impératrice qui l’aurait vu 11 jours avant son assassinat. L’artiste Gabriel von Max était fasciné par le mysticisme, c’est-à-dire ce qui a attrait au mystère. Au XIXe siècle, on commence à s’intéresser aux fantômes : en photographie, en littérature, en peinture, etc.

 

 

 

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 21/08/20

Modifié le 21/08/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par