Vidéo : Les couples mixtes, toujours face à la pression sociale ?

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Bien-être et santé48:27Publié le 23/08/2021

audio - Les couples mixtes, toujours face à la pression sociale ?

Amour et sexualité

Ils s’aiment mais ne partagent pas la même culture, la même couleur ou la même religion. Emmanuelle Bastide et ses invitées décryptent les difficultés de ces couples dans l'émission 7 milliards de voisins

Quelles sont les difficultés rencontrées par ces couples ? 

« Je pense que la pression sociale face aux couples mixtes ne cessera jamais », dans son témoignage, Jacques explique qu’il a toujours rêvé d’avoir une relation avec une personne étrangère, cependant il reconnaît être découragé face à la pression de ses amis et de sa famille. La religion est aussi un facteur de difficultés dans ces couples comme l’explique un auditeur protestant en couple avec une personne catholique, « Si jamais nous unissons nos forces communes, nous serons forts », malheureusement sa famille n’est pas du même avis et souhaite rompre cette union. 

Les mariages inter-castes en Afrique de l’Ouest

En Afrique de l’Ouest d’autres couples ont du mal à se faire accepter. Il s’agit des couples entre différentes ethnies et groupes sociaux.

« Entre les forgerons et les peuls, entre les dozos et les dogon », d’après la journaliste Kpénahi Traoré, c’est une question de hiérarchie sociale : certains sont considérés comme des « Horon », des nobles et d’autres comme des « Nyamakalan », les artisans, sous-entendu une caste inférieure au service des nobles. Si la société évolue, les traditions pèsent sur ces couples. Les mariages inter-castes sont interdits et rendent l’amour de ces couples impossible. La majorité des couples renoncent à leur amour à cause du « mauvais œil ». Pour Cécile Coquet-Mokoko, cette vision du monde extrêmement complexe est régie par une croyance dans des énergies qui nous dépassent et des superstitions arriérées. La journaliste Kpénahi Traoré note tout de même une incohérence : « Ces unions entre ethnies sont interdites mais les unions entre noirs et blancs sont tolérées », elle évoque le cas des footballeurs noirs mariés à des femmes blanches, accusés de rejeter les femmes non-blanches par un « souci d’apparence et par le besoin de montrer qu’ils ont réussi dans la vie ».

Les mariages interraciaux aux Etats-unis 

En 1967, trois ans après la fin de la ségrégation raciale : la cour suprême des Etats-unis légalise les mariages entre noirs et blancs. « Quand on parle de race aux Etats-unis, il s’agit de savoir qui est blanc et qui ne doit surtout pas devenir blanc », Cécile Coquet-Mokoko a suivi des couples interraciaux d’Alabama, un état encore marqué par la ségrégation. Dans cet état, les unions interraciales sont autorisées depuis l’an 2000. Les couples noirs-blancs sont mis en avant comme celui de la vice-présidente Kamala Harris et son mari Doug Emhoff, mais ils restent en réalité minoritaires à l’échelle du pays.

 

Invitées de l'émission : 

Cécile Coquet-Mokoko, professeure de Civilisation américaine à l'Université de Versailles-Saint Quentin. Autrice de Love Under the Skin Interracial Marriages in the American South and France (non traduit) 

Peggy Caperet, psychologue à Paris, spécialisée en Psychologie interculturelle.

 

Photo : © Aurore Vinot

 

Nom de l'auteur : Emmanuelle Bastide / 7 milliards de voisins

Producteur : RFI

Année de copyright : 2021

Publié le 23/08/21

Modifié le 24/09/21

Ce contenu est proposé par