Vidéo : « Les Tortues », de Camille Saint-Saëns (1886)

vidéo suivante

Contenu proposé par

Arts et culture04:51

« Les Tortues », de Camille Saint-Saëns (1886)

La faunothèque

Le morceau « Les tortues » fait partie du Carnaval des Animaux, une suite musicale composée par Camille Saint-Saëns en 1886. Dans cette pièce, le compositeur a créé un effet à la fois sensuel et comique. Comment ? Démonstration et explications avec la pianiste Célimène Daudet.

Un amusant « mouvement immobile »

La pièce musicale « Les tortues » est drôle pour trois raisons. Tout d’abord, Camille Saint-Saëns semble avoir voulu retranscrire la lente procession des tortues, voire une danse des tortues. En effet, on sent la lourdeur du pas des tortues dans sa musique très lente.

Deuxièmement, le compositeur a créé une tension entre le rythme du piano et celui des cordes. Le piano joue un ostinato : une suite de notes, répétitives et douces. Les violoncelles et les altos jouent à l’unisson la mélodie principale. C’est une manière d’accentuer la lourdeur du pas des tortues et de rappeler qu’elles sont nombreuses.

L’ensemble crée un étrange déséquilibre : le piano donne l’impression d’être suspendu, quand les cordes suggèrent une progression lente. On a la sensation d’un « mouvement immobile ».

« Les tortues », une parodie d’une parodie

Troisième raison : Camille Saint-Saëns parodie un morceau très connu : « Le Galop infernal », extrait d’Orphée aux Enfers du compositeur Jacques Offenbach. C’est un opéra-bouffe, c’est-à-dire un opéra censé faire rire. Il est devenu par la suite l’air emblématique du French Cancan.

Ce morceau est joué normalement de manière très rapide. Camille Saint-Saëns le reprend en le ralentissant à l’extrême. Imaginez les tortues lever leurs petites pattes… C’est l’image que Saint-Saëns a voulu suggérer en parodiant le morceau d’Offenbach. D’ailleurs, Offenbach lui-même aimait parodier d’autres compositeurs.

Pour accentuer la parodie, le compositeur a ajouté deux fausses notes au milieu de sa partition. C’est comme si l’une des tortues trébuchait en pleine danse. Mais attention, il s’agit d’une chute, là aussi, au ralenti.

 

Découvre aussi « Le Cygne », une autre œuvre musicale de Camille Saint-Saëns dans laquelle il met aussi en scène un animal.

Réalisateur : David Unger

Nom de l'auteur : David Unger ; Théo Ould

Producteur : Le Grizzly; Radio France

Année de copyright : 2020

Publié le 06/10/20

Modifié le 06/10/20

arrow
voir plus