Vidéo : Les travailleurs de la 2e ligne

icu.next-video

Contenu proposé par

Cnam
Culture générale06:50Publié le 01/09/2021

Les travailleurs de la 2e ligne

Au cœur du débat

Christine Ehrel est titulaire de la chaire Economie du travail et de l’emploi au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), et directrice du Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail (CEET). Elle a récemment été chargée d’identifier et d’aider à revaloriser les métiers qui ont été en deuxième ligne face à la crise de la Covid-19.

Identifier les métiers de la deuxième ligne pour mieux les revaloriser

L’objectif de cette mission confiée par la ministre du Travail Elisabeth Borne est de soutenir les partenaires sociaux et de permettre de revaloriser ces métiers dits de la deuxième ligne. Une revalorisation qui n’est pas uniquement financière avec une augmentation des revenus, mais qui vise aussi à améliorer les conditions de travail et d’emploi. La mission se déroule sur le long terme, en trois phases :

  • D’abord, identifier l’éventail de métiers concernés ;
  • Puis analyser leurs conditions de travail via différents indicateurs, comme le salaire, le type de contrat, les horaires, ou encore les perspectives de carrière ;
  • Et enfin, travailler conjointement avec eux pour trouver des solutions pour améliorer ces conditions de travail et d’emploi.

Une vaste gamme de métiers, et de nombreux actifs concernés

Aujourd’hui, la première phase est terminée. En utilisant les critères de la présence sur le lieu de travail pendant le premier confinement et de l’exposition à des contacts physiques, de nombreux métiers très divers ont pu être définis. Cela concerne, ainsi, les ouvriers des secteurs agricoles, du bâtiment et de l’industrie agroalimentaire, et les employés dans la manutention. Mais aussi des travailleurs dans le domaine de la vente, comme les bouchers, les boulangers, ou les caissiers et caissières, ainsi que les métiers liés à la propreté, à l’aide à la personne et les agents de sécurité.

Ce sont au total 4,6 millions de personnes qui occupent ces emplois dans le secteur privé. Un million d’autres, eux, travaillent dans le domaine public. Ce sont autant de salariés, parfois en situation de précarité, qui pourraient de cette manière voir leurs conditions de travail améliorées grâce à la crise.

Producteur : CNAM

Année de copyright : 2020

Publié le 01/09/21

Modifié le 21/06/22

Ce contenu est proposé par