Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité03:00

#Mode : fripes, troc et recyclage, les ados sont-ils plus verts ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

Bananes, sneakers old school, veste fluo oversize, K-Way, jean à pattes d’éléphant… Le vintage est à la mode chez les millennials. En matière de vêtements et de chaussures, les jeunes sont-ils plus écolos que leurs aînés ? Une récente étude du Crédoc souligne que les 15-25 ans privilégient l’occasion, la location, l’emprunt, la revente ou le troc plutôt que l’achat neuf. Une tendance qui s’applique à leurs dressings ? Zoom sur cette mode en apparence plus durable…

 

La mode responsable, qu’est-ce que c’est ?

Le vintage est à la mode, et c’est peut-être une bonne nouvelle pour la planète. Car qui dit vintage, dit vêtements de seconde main, récup’ et recyclage. Cette année, plus de 30% des 18-24 ans ont déjà acheté un vêtement déjà porté (étude Audirep pour Dress in the City). Avec ces achats d’occasion, on n’aurait donc plus besoin de choisir entre mode et écologie !

De très grandes marques surfent sur cette tendance et proposent des nouveaux moyens d’utiliser ses vêtements. Par exemple, des ateliers de réparation ou des tutos pour recycler et relooker ses jeans.

Autre moyen de s’habiller plus responsable : les sites comme Vinted, Leboncoin ou Videdressing… Ces plateformes permettent de recycler des vêtements qu’on ne porte plus. Et surtout de ne pas craquer sur des pièces neuves qui encouragent la fast fashion.

 

Occasion et bonne conscience

Mais l’achat responsable n’est pas toujours la première motivation des acheteurs. C’est souvent un moyen de garnir son dressing avec des pièces chères à prix cassés. « La motivation, c’est vraiment vendre pour racheter, renouveler sa garde-robe pour rester à la mode. On accélère les transactions marchandes, on dématérialise la relation aussi. Cela devient du coup presque trop facile d’acheter, et ça encourage une forme de surconsommation », explique Elodie Juge, ingénieure de recherche pour la chaire Trend(s) à l’Université de Lille. Finalement, avec ces sites, on achète parfois plus, en se donnant bonne conscience.

 

Des applis pour tracer les vêtements

Depuis quelques temps, une alternative est apparue pour avoir un dressing plus responsable : on peut décrypter les étiquettes grâce à de nouvelles applications. Clear Fashion, développée par Marguerite Dorangeon et Rym Trabelsi, fonctionne avec un système de notation. Son but ? Permettre au consommateur de savoir d’où vient et comment a été fabriqué son vêtement neuf. Une façon de sensibiliser et de peut-être faire changer les habitudes.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 31/01/20

Modifié le 16/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par