Vidéo : Montmartre : un ancien îlot de pauvreté et de voyous !

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:18Publié le 24/06/2021

Montmartre : un ancien îlot de pauvreté et de voyous !

C Jamy, les extraits

Le Sacré-Cœur, des bistrots romantiques, des ruelles grimpantes, des petites rues pavées... le quartier parisien prisé de Montmartre n'a pas toujours eu ces airs de carte postale. Au XIXe siècle, la célèbre butte est largement touchée par la pauvreté et est un repaire de voyous. Retour sur le passé de Montmartre avec Jamy et Lauren Malka.

Origines de Montmartre : du village paysan au quartier insalubre

Jusqu'à la moitié du XIXe siècle, Montmartre est un petit village de campagne perché sur une colline et ne fait pas partie de Paris. La butte est couverte de champs et de vignes, et compte 15 moulins. A vent ou à eau, ces moulins servent à faire vivre les quelques paysans. En 1860, deux évènements bouleversent la tranquilité du village :

  • Montmartre est annexé à Paris.
  • Napoléon III ordonne au baron Haussmann de moderniser la capitale

Les Parisiens les plus modestes sont chassés de leurs maisons et doivent renoncer au centre-ville de la capitale. Beaucoup vont trouver refuge à Montmartre. Des cabanons en bois fleurissent à travers les champs pour loger les familles, ouvrières pour la plupart. Malgré cette croissance démographique, la Butte conserve pendant longtemps cette ambiance bucolique d'un village de province. En réalité, les conditions de vie sont bien éloignées de cette image d'Epinal. Il règne à Montmartre précarité et insalubrité, donnant des allures de bidonville au quartier. On parle du « maquis de Montmartre ». Au début du XXe siècle, Montmartre devient un repaire de voyous qu'on appelle « les Apaches ».

Les Apaches de Montmartre

En 1900, les Français se passionnent pour les cow-boys et les Indiens. « Apache » dans une langue indienne signifie « ennemi ». Les Apaches de la Butte se font appeler les Loups de Montmartre. Cette bande de voyous se cache entre la rue Lepic et la rue Caulaincourt. Pour faire partie du gang, il faut être un vrai Montmartrois. Les Apaches veulent se distinguer des bourgeois comme des ouvriers. Ils portent des vêtements soignés, dépareillés, les cheveux gominés, la casquette en soie noire, le pantalon « patte d'eph », les bottines brillantes et un foulard rouge pour étrangler le bourgeois quand il le vole. Pour communiquer entre eux, sans être compris des autres, les Apaches ont leur argot bien à eux. Pour parler des policiers, ils disent « roussins » ; de couteau en employant « eustache » ; des femmes par « grisettes ». Le film Casque d'or avec Simone Signoret a célébré les Apaches et les a transformés de légende de cinéma.

 

© Crédits images : AKG-IMAGES / BRIDGEMAN IMAGES / HEMIS / GAMMA-RAPHO / GETTY IMAGES / MUSEE MONTMARTRE - LE VIEUX MONTMARTRE / PIXABAY / SHUTTERSTOCK / DR

Producteur : Elephant Adventures

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 24/06/21

Modifié le 24/06/21

Ce contenu est proposé par