Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

sso_title
sso_description
Actualité02:52

Du 2 au 13 décembre, c’est la COP25 à Madrid. Une conférence mondiale sur les changements climatiques qui réunit 196 pays, mais aussi des scientifiques, des associations. Un événement particulièrement suivi par les jeunes. Ces dernières années, les collégiens et lycéens ont été très présents dans les manifestations et débats sur le climat. #CleanChallenge, #maCiteVaBriller, #FillTheBottle… les challenges à vocation écologique se multiplient sur les réseaux sociaux. Concernés et mobilisés, les jeunes renversent les codes de la lutte pour sauver la planète et veulent changer nos façons de consommer. Zoom sur ces jeunes qui prennent le pouvoir.

Pourquoi ce choc des générations ?

« Ok Boomer », vous n’avez pas pu louper cette expression qui tourne en boucle sur TikTok. C’est devenu le symbole de la rupture entre les millennials, nés dans les années 80 et 90, et les baby boomers, nés entre 1945 et 1965. Noé Gauchard, Youth for Climate « La génération qu’on peut appeler Y, Z, millennials, c’est une génération qui vit quelque chose d’extrêmement fort, qu’aucune autre génération n’a pu vivre avant : un traumatisme écologique, la prise de conscience que, peut-être, ils n’auront pas de futur, ou pas d’avenir. C’est quand même assez déprimant mais c’est encore plus terrible à comprendre. En fait, c’est là où le fossé entre les générations est immense. Les générations plus vieilles, notamment celle des boomers ne peut pas comprendre ça, parce que cette génération ne l’a pas vécu ».

Les challenges à vocation écologique se multiplient sur les réseaux sociaux

Partout dans le monde, des jeunes engagés lancent eux-mêmes des initiatives pour préserver la planète. De nombreux hashtags émergent aussi sur Twitter et Instagram pour initier des mobilisations. Comme le challenge #FillTheBottle lancé par la Française Amel Talha. « Le but, ce n’est pas de nettoyer les rues, car on n’aurait pas la capacité de le faire. Moi, du haut de mes dix-huit ans, je ne vais pas pouvoir nettoyer toutes les rues de Paris, ni toutes les rues de ma ville. L’enjeu est beaucoup plus profond. Il faut sensibiliser ».

Des images qui interpellent

Sensibiliser par les images, c’est aussi le but du militant Algérien Younes avec son #TrashTagChallenge. Il incite les gens à se prendre en photo sur un lieu pollué avant et après nettoyage. Une publication partagée 340 000 fois sur Facebook et un hashtag utilisé 140 000 fois sur Instagram. Ces mouvements inédits lancés par les jeunes inspirent des marques et des associations comme WWF. L’organisme a créé une géolocalisation fictive : « I Protect Nature ». Au lieu de dévoiler son spot préféré, on indique ce lieu qui n’existe pas. Et on évite que trop de gens se rendent dans l’endroit où l’on se trouve, et qu’ils l’abîment.

Alors oui les jeunes ne quittent jamais l’écran de leur smartphone, mais c’est peut-être parce qu’ils sont en train de changer le monde.

Retrouvez d'autres informations sur la mobilisation des jeunes pour la planète avec Greta Thunberg, une égérie sous influence ? 

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Publié le 04/12/19

Modifié le 16/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par