Vidéo : Plastiques : la production mondiale va doubler d'ici 2040

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Culture générale48:25Publié le 23/08/2021

audio - Plastiques : la production mondiale va doubler d'ici 2040

Le développement durable, une priorité mondiale

Combien de fois avez-vous été en contact avec du plastique aujourd’hui ? C’est en répondant à cette simple question que l’on réalise l’importance qu’a pris ce matériau dans nos vies. Bien entendu, il est pratique et bien utile mais le problème essentiel réside dans son utilisation croissante et surtout les déchets qu’il produit, dont 91 % ne sont pas encore recyclés. Une journaliste indépendante, Dorothée Moisan, a décidé de mener une enquête publiée dans son livre Les plastiqueurs, enquête sur ces industriels qui nous empoisonnent, publié chez Kero.

1 milliard de tonnes de plastique produites en 2050

Contrairement aux idées reçues d’une diminution progressive de l’usage du plastique, Dorothée Moisan a découvert que les industriels du plastique misaient sur une croissance de la production de l’ordre de 3 à 4 %. Si ce rythme est maintenu pendant 20 ans, cela signifie que la production sera à terme doublée pour atteindre le milliard de tonnes produites par an en 2050 au lieu des 400 millions environ actuellement. C’est pour cette raison que la journaliste utilise le néologisme de « plastiqueur », car « c’est cette industrie qui va faire exploser la planète et l’environnement ».

La crise sanitaire favorable au développement du plastique

Le contexte sanitaire n’a pas fait infléchir la tendance, au contraire. Masques, gants, bouteilles de gel hydroalcoolique, mais aussi emballages de repas à emporter font largement appel au plastique dans leur composition. La demande a explosé à tel point que la Confédération européenne de la plasturgie (EuPC) a même écrit une lettre ouverte à la Commission européenne pour le report de la mise en œuvre de la directive sur les plastiques à usage unique. Aux Etats-Unis de nombreux industriels et organisations ont milité en faveur du sac plastique qui « sauve des vies », car est jeté après son utilisation, contrairement à ceux en tissu.

L’effet pervers de la transition écologique

Le plastique représente également un effet pervers de la transition écologique. Il est largement présent par exemple dans les pales des éoliennes, les batteries de véhicules électriques ou encore les panneaux photovoltaïques. L’intention est vertueuse, sauf quand est abordée la question de la fin de vie du plastique, car pour le moment seuls 9 % sont recyclés. Par ailleurs, la production de plastique nécessite du pétrole, du gaz naturel, voire du charbon parfois qui ont des conséquences néfastes pour les gaz à effet de serre.

L’air, les océans et les sols pollués par les déchets plastiques

7 milliards de déchets plastiques ont été produits depuis les années 1950. Ceux que l’on voit en surface marquent les esprits comme ce septième continent qui dérive sur les océans du globe. Le plus inquiétant, c’est que ces déchets de surface ne représentent que 1 % de la somme globale. Les océans sont largement touchés, mais les sols encore plus car, selon une étude, ils sont 4 à 23 fois plus pollués par le plastique. L’air est malheureusement aussi concerné en grande partie par les particules émises lors de l’usure des pneus. 

 

 

Photo : © Fred Tanneau / AFP

Nom de l'auteur : Anne-Cécile Bras / C'est pas du vent

Producteur : RFI

Année de copyright : 2021

Publié le 23/08/21

Modifié le 23/08/21

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau
Reprise de lecture Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !