Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

TV5MONDE
sso_title
sso_description
Français02:04

Pourquoi appelle-t-on un journal « canard » ?

Merci professeur ! Spécial presse

Bernard Cerquiglini, éminent linguiste et spécialiste reconnu de la langue française, nous explique dans cet épisode de « Merci, Professeur » pourquoi on utilise le mot « canard » pour désigner un journal.

Quelles expressions utilisent le mot « canard » ?

Le canard, ce charmant oiseau aquatique palmipède à large bec jaune, a suscité bon nombre d'expressions familières : « un froid de canard » désigne « un grand froid », « glisser comme l'eau sur les plumes du canard », pour exprimer l'idée de laisser indifferent, « ne pas casser 3 pattes à un canard », qui signifie « n'avoir rien d'extraordinaire ». 

Notre palmipède a connu également 3 emplois dérivés intéressants : le premier, qui date des années 1830, s'explique bien : on appelle « canard » un morceau de sucre trempé, comme un canard, dans du café ou de l'alcool. A la même époque, on a appelé « canard » une note manquée par un musicien. Cest un couac qui évoque le cri, peu harmonieux, de l'oiseau aquatique. 

Le « canard », terme ancien désignant la fake news

Un siècle auparavant, « canard » avait encore une autre signification. On a appelé « canard » une fausse nouvelle propagée par des journaux de second ordre. L'origine en est peut-être une vieille expression française : « bailler un canard à moitié », c'est-à-dire, donner un canard à moitié, en d'autres termes, pas du tout, en un mot tromper. Cette locution, qui désigne la tromperie, est devenue « bailler un canard », puis « répandre un canard ». D'où le sens de fausse nouvelle.

A partir du XIXe siècle, le bobard publié par la presse pour abuser le public en est venu à désigner la presse elle-même. D'abord un mauvais journal, puis, dans la langue actuelle, un journal tout court. Certes, ce n'est pas à l'honneur de la presse : « ce canard raconte n'importe quoi ! Un canard boîteux sans doute ! »


Si Le Canard enchaîné a célébré officiellement ses 100 ans en 2016, c'est en septembre 1915 que le tout premier numéro est sorti, avec déjà un goût prononcé pour la satire ! Découvrez la naissance du Canard enchaîné !

Réalisateur : Sony Alvarez

Producteur : TV5MONDE

Année de diffusion : 2019

Publié le 08/11/19

Modifié le 11/12/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par