#Qatar : quelles leçons tirer des Mondiaux d'athlétisme ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 1 min 30
Publié le 10/10/19Modifié le 07/11/19

Sur le même sujet

Malaises en série, abandons des athlètes, scandale écologique, tribunes vides... Les Championnats du monde d'athlétisme de Doha relancent le débat sur l'attribution des compétitions sportives au Qatar et symbolisent les dérives du sport-business. Dans ces conditions, comment envisager d'y organiser la Coupe du monde de football en 2022 ? Pour tout capter, Zoom vous en dit plus.

Conditions climatiques extrêmes : malaise au Qatar

Du 27 septembre au 6 octobre, le Qatar accueillait les Mondiaux d'athlétisme. L'événement a rapidement tourné au scandale et certaines images sont devenues virales. Sportifs au sol, évacuations sur des fauteuils roulants, abandons par dizaines... Un tiers des participantes ont dû déclarer forfait. De tristes performances !

« On a vu le marathon hier, la moitié a abandonné. On sait très bien que ces championnats du monde n'ont pas été organisés en fonction des athlètes. » 
Kevin Mayer, décathlonien français

En cause, des conditions climatiques insupportables : jusqu'à 42°C et un taux d'humidité de 75 %. Pourtant, le pays se préparait à ces conditions depuis des années avec des centaines de bouches d'aération, des pelouses particulières... Mais les installations colossales n'ont pas suffi. Un journal anglais a même révélé que des centaines de travailleurs étaient morts sur ces chantiers car les ouvriers travaillaient parfois sous 45°C et jusqu'à 10 heures par jour.

Face à ce contexte très difficile, les athlètes ont dû adapter leur entraînement. Ruth Chepngetich, victorieuse du marathon féminin, a ainsi confié à Reuters qu'elle s'était entraînée les après-midi à Doha, quand le soleil était haut dans le ciel. D'autres ont fait preuve de créativité pour trouver un moyen de s'entraîner dans de meilleurs conditions, comme dans les couloirs climatisés de l'hôtel par exemple.

La Coupe du monde 2022 peut-elle se tenir au Qatar ?

La chaleur risque d'être à nouveau un vrai problème puisque le Qatar organise la Coupe du monde de football de 2022. Certains pointent du doigt l'absurdité de refroidir des stades à toits ouverts en plein désert... d'autant plus qu'il faudra climatiser, en 2022, non pas un mais huit stades... Pour dénoncer cette aberration, aux forts enjeux humains et écologiques, politiques, internautes, sportifs et autres personnalités se mobilisent. C'est le cas du maire de Bourg-en-Bresse, Régis Juanico, et du député de la Loire, Jean-François Debat, qui ont appelé, dans Le Monde, l'équipe de France à boycotter la compétition.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :