Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité03:33

#Ramadan. Qu'est-ce qui change avec le confinement ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

Depuis le 23 avril et jusqu’à la fin du mois de mai, les musulmans font le ramadan. Un mois sacré synonyme de partage dans le monde entier. Mais avec le confinement mis en place pour freiner l’épidémie de Covid-19, cette période très importante pour les pratiquants se retrouve chamboulée, notamment en France. Zoom sur ce que le confinement change pour le ramadan.

En France, il y a entre 5 et 6 millions de musulmans. Environ 70 % font le ramadan. Cette période sacrée est un des 5 piliers de la religion musulmane. Elle est très attendue par les fidèles. Un mois de partage, de solidarité et de rapprochement avec Dieu.

Un ramadan différent cette année, pourquoi ? 

Avec le confinement et les nouvelles mesures sanitaires, ce ramadan est différent des précédents. Prières, jeûne, rupture de jeûne : chaque rituel prend une toute autre allure. Beaucoup de pratiquants ont peur de « rater » leur ramadan.

Il n’est plus possible de rendre visite à sa famille, ni de prier ensemble. Les prières qui se font d’habitude en groupe à la mosquée, sont interdites comme tous les autres rassemblements. Les musulmans prient donc chez eux. Certains imans ont trouvé des solutions originales et prêchent par exemple sur les réseaux sociaux.

Le ramadan c’est aussi le jeûne. Du lever au coucher du soleil, les pratiquants s’abstiennent de boire et de manger. Le soir, les fidèles rompent ce jeûne avec un dîner en famille, c’est l’iftar. Avec les mesures mises en place pour freiner l’épidémie, les rassemblements familiaux sont interdits.

Le ramadan est une période difficile à vivre pour les personnes vulnérables ou seules. Alors certains jeunes misent sur la technologie et les réseaux sociaux pour rester en lien avec leurs proches.

Et même si après le 11 mai, les rassemblements de moins de 10 personnes seront tolérés, la fête de l’Aïd El-Fitr qui marquera la fin du jeûne le 23 mai ne sera pas comme les années précédentes.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 08/05/20

Modifié le 08/05/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par