Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description

Fin novembre 2019, sort Rap2filles Souterraine, une compilation de rap français 100% féminine ! Sur cet album, douze rappeuses, qui ont fait leurs armes sur Instagram, notamment grâce à des concours de freestyle. Cette sortie, presque historique, est l’occasion de se demander pourquoi, en France, les femmes ont plus de mal que les hommes à percer dans le rap. Clichés, formatage, manque de moyens… Zoom sur celles qui pourraient créer le changement sur la planète rap en 2020 !

Le rap français est aussi féminin

Pearly, Illustre, Vicky R, Kli, PBL, Dey Ef, Savannah Sweet, Djaahaya, Turtle White, Sensei H, Yelsha, Holy G sont les douze rappeuses réunies sur la compilation Rap2filles Souterraine. Un moyen d’afficher l’existence d’un rap féminin en France ? « Cela peut sonner un peu péjorativement mais oui, c’est une réalité : il existe toujours une distinction avec les garçons. Quand tu es une fille et que tu rappes, c’est encore mal vu », constate amèrement Vicky R.

 

Où sont les femmes ?

Les dix artistes rap les plus écoutés en France, ces dix dernières années sur Spotify, sont des hommes. Pourtant, les femmes sont très présentes sur cette scène musicale, et depuis des années ! Wallen, Keny Arkana, Chilla, Casey… A chaque génération, les rappeuses ont rêvé d’égalité.

« On est plus de cent-cinquante rappeuses à être actives en France. Mais, depuis Diam’s, on n’a pas eu de gros buzz. Pas de représentation, donc pas d’identification ». 

Illustre

 

Casser les clichés sexistes du rap et s’unir

Et ce sont aussi les clichés que l’industrie musicale renforce qui posent problème. « Il y a des labels qui proposent de faire de la femme un objet », s’indigne Illustre. Une tendance que les rappeuses veulent inverser, notamment en s’imposant en groupe. « Les garçons collaborent tous entre eux, donc forcément ça prend plus. C’est la fanbase de tout à chacun qui contribue à ce que le mouvement avance. Je pense que, si on fait confiance aux rappeuses, qu’on leur donne les mêmes chances que les garçons, et qu’elles collaborent entre elles, la situation évoluera », s'enthousiasme Vicky R.

Que l’union fasse la force du rap féminin français !

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 15/01/20

Modifié le 16/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par