Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

sso_title
sso_description
Actualité03:00

#Règles : des protections périodiques pour toutes ?

ZOOM, la série qui décrypte les hashtags en 2 min

500, c’est à peu près le nombre de fois qu’une femme a ses règles dans sa vie. Mais les protections périodiques ont un coût élevé. On estime que 1,5 million de femmes et de jeunes filles en France n’ont pas les moyens d’en acheter chaque mois. Zoom sur le sujet tabou de la précarité menstruelle. 

Combien coûtent les règles dans la vie d’une femme ?

En France, les règles concernent plus de 15 millions de jeunes filles et de femmes. Mais près de 2 millions d’entre elles, n’ont pas les moyens de se payer des protections hygiéniques. Protéger ses sous-vêtements, mais également les infrastructures de son environnement quotidien (les sièges des transports, de sa classe, des bars etc.) a un prix : entre 2 000 et 5 000 euros au cours d’une vie ! Une dépense proche du luxe pour les SDF, les étudiantes et les femmes démunies qui ont des besoins plus urgents.

Risque de choc toxique

Certaines ont alors recours au système D et utilisent du tissu ou du papier pour absorber le sang. Quand elles parviennent à mettre un tampon, elles le conservent le plus longtemps possible. Une pratique très dangereuse. Celle-ci peut provoquer un choc toxique, une grave infection potentiellement mortelle.

Vers une distribution de protections menstruelles gratuites ?

Des associations se mobilisent pour aider ces femmes en difficultés économiques à se protéger en sécurité, et à éviter les moqueries. Elles organisent des collectes de protections périodiques. Des tampons, serviettes, cups et culottes menstruelles sont redistribués à celles qui en ont besoin. L’association « Règles Élémentaires » se mobilise depuis 2015.

On a collecté et redistribué plus de 1 500 000 produits qui ont bénéficié à plus de 50 000 femmes.

Tara Heuzé-Sarmini, présidente et fondatrice de « Règles Élémentaires »

Pour agir contre cette précarité menstruelle, le gouvernement a décidé de tester une initiative. « Avec Marlène Schiappa, nous avons pris la décision d’apporter 1 million d’euros pour rendre gratuit l’accès aux protections hygiéniques dans certains lieux publics. Les prisons, les épiceries sociales ou solidaires, les centres d’hébergement, mais aussi les établissements scolaires. La liste de ces lieux de distribution sera annoncée au printemps », explique Christelle Dubos, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Solidarités et de la Santé.

Si cette initiative fonctionne, elle pourrait faciliter l’accès aux protections périodiques pour toutes les femmes.

Producteur : Jean-François Peralta / France.tv Studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 19/02/20

Modifié le 20/02/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par